Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ramadan et études: Le double dilemme des élèves et des parents


Par Siham Toufiki (MAP)
Mardi 5 Avril 2022

Aucun impact négatif n 'est envisageable sur les performances des enfants pendant ce mois de carême

Ramadan et études: Le double dilemme des élèves et des parents
Avec l'avènement du mois sacré de Ramadan, le débat sur les horaires scolaires fait rage sur les réseaux sociaux et parmi les élèves et leurs parents, compte tenu des difficultés rencontrées en termes de conciliation entre respect des horaires d'études et pratique des us et coutumes qui pourraient affecter les élèves en fonction de leur âge et leur niveau d'études. Conscient de ce dilemme, le ministère de l'Education nationale, du Préscolaire et des Sports a mis au jour un calendrier convenable aussi bien pour les élèves que pour les parents pendant ce mois sacré, et ce dans les établissements primaires, secondaires et supérieurs. Ainsi, conformément à la décision du gouvernement d'avancer l'heure légale du Royaume de 60 minutes, le ministère de tutelle a annoncé que les horaires des écoles pendant le mois béni seront retardés, du lundi au jeudi, d’environ 30 minutes le matin et avancés de 30 minutes l’après-midi, a déclaré à la MAP Abderrahim Al-Ayadi, chef du département d'aménagement des espaces spatio-temporels des établissements scolaires au ministère. Les cours vont donc démarrer la matinée à 8h40 et s'achèveront à 15h50 l’après-midi. Quant à vendredi, les cours commenceront à 8h30 et finiront à 17h, précise-t-on, ajoutant que des modifications concernant ces horaires seront autorisées dans certains cas, notamment dans les petites villes. Ce réaménagement des horaires, poursuit le responsable, tient compte des principes pédagogiques et didactiques reposant sur la répartition pédagogique des supports d'étude et des activités tout au long de la semaine, dans la foulée de maintenir un calendrier pédagogique adéquat pour les apprenants. Dans ce sens, le ministère exhorte toutes les composantes du corps éducatif à parachever les cursus pédagogiques des écoles avant les examens de certification, en veillant au respect du calendrier pour tous les apprenants en consécration du principe de l'égalité des chances. Pour ce responsable pédagogique, le calendrier approuvé ce mois-ci ne pose aucun problème au niveau de la gestion des classes, d’autant que le ministère a confié certaines attributions administratives aux entités locales, provinciales et régionales, et ce en coordination avec le comité de suivi pédagogique. "Aucun impact négatif n'est envisageable sur les performances des enfants pendant ce mois sacré", a-til assuré, notant, par ailleurs, un relâchement et un manque de concentration qui pourraient être enregistrés, faute de sommeil suffisant, chez les élèves durant cette période. Par conséquent, les parents ont été sensibilisés sur l'impact des habitudes ramadanesques sur l'apprentissage des enfants, en exhortant le corps pédagogique de diversifier les activités d'apprentissage en s'appuyant davantage sur les activités notamment sensori-motrices et l'allégement des activités qui nécessitent une concentration mentale élevée, en particulier l'après-midi de ce mois. Pour sa part, le chef de la Fédération provinciale des associations des parents et tuteurs d'élèves de l'enseignement public et privé à Kénitra, Mohamed Al-Hassani, a souligné que le calendrier scolaire approuvé par le ministère "ne pose aucun problème" pour les familles, faisant savoir dans une déclaration similaire, que ce calendrier scolaire reste identique à celui qui a été adopté l'année précédente. Pour Fatima, mère d'un élève de quatrième année du primaire, le calendrier scolaire pendant le Ramadan n'affecte pas son programme quotidien et ne l'empêche pas de profiter pleinement des vertus de ce mois sacré, notamment la prière et la déclamation du Coran, mettant l'accent sur l’organisation du temps en guise de soulagement du stress de la vie en général. Quant à Halima, fonctionnaire et mère de trois enfants, elle s'est dite, à l’avènement de Ramadan, "tiraillée" par le décalage des horaires scolaires de ses enfants, ce qui affecte son équilibre quotidien et l'oblige à redoubler d'efforts pour s'y adapter. Alors que pour Asmaa, cadre pédagogique dans une école primaire de Rabat, l'apprentissage doit s'effectuer "avec moins d'effort et plus d'efficacité" pendant le mois béni du Ramadan pour atteindre le résultat escompté. 


Lu 941 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS