Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rabat et Abuja revigorent l'intégration régionale par un mégaprojet de gazoduc transafricain




Le géant projet de gazoduc en discussion entre le Maroc et le Nigeria, où SM le Roi Mohammed VI entreprend une visite officielle historique, dénote une ferme volonté de rattraper le temps perdu pour concrétiser une intégration régionale soucieuse des réels besoins des Africains. Le "trans-africain pipeline" ainsi que d’autres projets, comme celui visant à développer une plate-forme de production d’engrais au Nigeria, sont sans conteste des initiatives stratégiques à forte empreinte Sud-Sud qui donnent la mesure du partenariat naissant entre les deux puissances continentales. "Rabat amorce une orientation stratégique inédite avec le Nigeria, ce grand pays d'Afrique qui se montre de plus en plus conscient des atouts du Royaume pour ouvrir une nouvelle page dans l'intégration économique à l’échelle de la région", souligne l'économiste suisse Jean-Marc Maillard.
La position géostratégique du Maroc aux portes du Vieux Continent et en tant que trait d'union entre les grands producteurs d'hydrocarbures africains et le vaste marché occidental fait déjà du Royaume un acteur incontournable pour le transit du gaz et de l'or noir, a-t-il affirmé dans une déclaration à la MAP. Il s'agit en effet d'un pipeline aux multiples enjeux commerciaux et économiques mais aussi géostratégiques, d'autant plus qu’il implique tous les pays concernés dans la perspective d’accélérer les projets d’électrification dans toute la région. "Ce grand projet est amplement justifié pour notre région qui regorge d'importantes quantités de gaz naturel, dont le Nigeria détient à lui seul 90% des recettes et 30% des réserves continentales", a expliqué Morlaye Bangoura, commissaire en charge de l’énergie à la Commission de la Communauté des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Sans oublier le Ghana et la Côte d'Ivoire qui sont déjà deux producteurs-consommateurs de cette source d'énergie stratégique. Les récentes découvertes d’importants gisements de gaz au Sénégal et au Niger, de même que l’exploitation prochaine de nouvelles découvertes en Côte d’Ivoire et au Ghana, laissent augurer d’un avenir prometteur pour ce projet de gazoduc tant attendu.
Concrètement, le partenariat maroco-nigérian ouvre la voie à l'alimentation en énergie des pays traversés par le futur gazoduc, long de 4.000 kilomètres. Premier du genre, ce projet gigantesque entre le Golfe de Guinée et le Maroc pourra à terme relier également l’Europe, ce gros consommateur des hydrocarbures. Le chef de la diplomatie nigériane Geoffrey Onyeama a d'ailleurs souligné l'attachement d'Abuja à une plus grande ouverture sur le marché européen de l'énergie, tout en mettant à profit les affinités et la complémentarité développées avec le Royaume et les pays d'Afrique de l'Ouest. Le Maroc contribuera particulièrement au développement de pôles industriels intégrés dans la sous-région dans des secteurs tels que l'industrie, l'agro-business et les engrais afin d'attirer des capitaux étrangers. De l’avis des analystes, il sera surtout question d'améliorer la compétitivité des exportations et de stimuler la transformation locale des ressources naturelles disponibles pour les marchés nationaux et internationaux.
Cette plate-forme de coopération Sud-Sud tend vers la création de joint-ventures susceptibles de placer toute cette zone sur le chemin d'une croissance plus forte profitant des complémentarités et des synergies durables fondées sur des approches inclusives. Une telle vision illustre à bien des égards la stratégie agissante, solidaire et intégrée du Souverain en direction de l’Afrique, avec au premier plan le développement d’un modèle de coopération économique mutuellement bénéfique et l’amélioration des conditions de vie des citoyens africains. Il n’en demeure pas moins vrai que le partenariat maroco-nigérian ne se limite pas aux hydrocarbures et aux engrais, mais couvre des domaines aussi variés que la formation, les investissements, les mines, la promotion des compétences, le tourisme, la finance, les assurances et la logistique. Une telle dynamique bilatérale est l’illustration du leadership de SM le Roi et de l’engagement Royal à investir et s’investir pour le co-développement en Afrique. A coup sûr, le Souverain a joint l’acte à la parole en se positionnant comme le porte-étendard de la coopération Sud-Sud qui consiste à redonner espoir aux peuples africains.

Mardi 6 Décembre 2016

Lu 723 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés