Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quentin Blake, le plus français des dessinateurs anglais

Je crois que mes dessins semblent simples, spontanés, comme si je venais de les faire




Son visage est peu connu du grand public mais son nom évoque instantanément des personnages malicieux et touchants. Indissociable de l'auteur pour enfants Roald Dahl, le dessinateur Quentin Blake est aimé au Royaume-Uni comme en France -un amour partagé.
A Londres, la Maison de l'illustration, qu'il a fondée, conserve des milliers de ses oeuvres et lui consacre trois expositions par an. La prochaine, à partir du 14 février, sera dédiée à Cupidon, avec des dessins pleins d'humour de femmes frappées par ses flèches.
Regard espiègle, sourcils broussailleux et cheveux gris, Quentin Blake ressemble à l'un de ses nombreux personnages, croqués en deux coups de crayon et immédiatement familiers.
Roald Dahl et Quentin Blake sont les parents de quelques-uns des héros les plus attachants de la littérature jeunesse comme Matilda ou le Bon gros géant.
Mais s'il a collaboré treize ans avec le célèbre auteur pour enfants, Quentin Blake a illustré plus de 250 livres de différents auteurs. Il a aussi écrit et dessiné ses propres albums (Armeline Fourchedrue, Le Grand Dessin) peuplés d'enfants hirsutes, le sourire jusqu'aux oreilles, de clowns et d'oiseaux.
Né en 1932 à Sidcup, en banlieue londonienne, il a publié son premier dessin à 16 ans, dans le magazine Punch.
Son histoire d'amour avec la France a commencé en même temps que s'affirmait sa passion pour le dessin. "L'illustration française a eu beaucoup d'influence sur moi", raconte-t-il à l'AFP, "mon héros, pour ainsi dire, c'est Daumier", célèbre caricaturiste du XIXe siècle.
"Tout ce qui est français me fascine, je ne sais pas pourquoi (...) je crois que c'est parce qu'en France, ils ont tout ce que nous avons mais avec un accent français", ajoute avec malice Quentin Blake, interrogé par l'AFP en marge d'une vente aux enchères de classiques de la littérature, aux jaquettes re-dessinées. Quentin Blake avait choisi d'illustrer Notre-Dame de Paris, un "livre fascinant".
Ce grand lecteur lit dans la langue de Molière -- "très lentement", précise-t-il en souriant. Et a illustré Candide de Voltaire ou encore les Fables de la Fontaine.
"C'est un vrai francophile", souligne Lucie Campos, directrice du South Ken Kids Festival, festival annuel du livre jeunesse organisé par l'Institut français à Londres.
Avec ses éternelles chaussures blanches, le dessinateur a parcouru de nombreuses écoles en Angleterre et en France. A 85 ans, il a réduit ses activités mais reste fidèle au festival, dont il est le parrain depuis 20 ans.
"C'est une personne aimée par des générations de lecteurs", décrit Lucie Campos et "les illustrateurs viennent en partie au festival pour le rencontrer, ils sont émus de s'asseoir à côté de lui".
Signe de son attachement, la France l'a fait Chevalier de la Légion d'Honneur en 2014. L'année suivante, la bibliothèque pour enfants de l'Institut français a été renommée en son honneur.
Comment Quentin Blake explique-t-il son succès?
"C'est difficile à dire, c'est toujours une surprise pour moi", commente humblement l'intéressé. "Je crois que mes dessins semblent simples, spontanés, comme si je venais de les faire. En fait, ils sont minutieusement préparés".
Quentin Blake "pense comme un enfant", décrit Colin McKenzie, directeur de la Maison de l'illustration. "Il a cet enthousiasme pour la vie et cet humour. Et cette incroyable humanité".
Le dessinateur a décoré de nombreux espaces publics et hôpitaux, dont la maternité du centre hospitalier universitaire d'Angers (ouest de la France), où il a représenté avec poésie des femmes nageant avec leurs bébés.
Il a eu une maison dans un village de Charente-Maritime pendant 25 ans. Aujourd'hui, il dessine - tous les jours, dit-il - dans son appartement londonien de South Kensington, ou dans son studio d'Hastings, au bord de la mer, sur la côte sud.
"L'inspiration est une chose étrange", dit Blake, "vous vous rendez compte que votre imagination fonctionne mais vous ne pouvez pas l'enclencher. Il faut juste commencer à dessiner".

Mardi 13 Février 2018

Lu 407 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés