Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quelle stratégie pour venir à bout des points noirs sécuritaires à Essaouira ?




Acte 1 : Le week-end dernier, une jeune fille qui se trouvait avec son ami dans le sentier aménagé dans la ceinture verte d’Essaouira a été victime d’un viol perpétré par un agresseur. Ce dernier  n’a pas épargné le compagnon de la victime obligé dans un premier temps de quitter les lieux après avoir subi une agression physique. Le présumé violeur est toujours en fuite, tandis que sa victime souffre d’un sérieux  traumatisme psychologique. Certaines sources  parlent d’une simple tentative de viol en l’absence toujours de communication autour de  cette affaire de la part des services compétents.
Acte 2 : Au quartier Les lagunes, une jeune fille fut sauvagement tabassée par un jeune qui l’a interceptée dans une ruelle peuplée. L’agresseur était dans tous ses états et réagissait violemment aux interventions  des citoyens. Heureusement qu’il y avait des jeunes du quartier qui ont libéré la fille après avoir immobilisé l’agresseur. La scène a connu une suite dramatique puisque les jeunes sauveteurs se sont vengés sur l’agresseur, tandis que la jeune fille avait perdu connaissance.
Acte 3 : Devant le lycée qualifiant Anawrass, les élèves, les filles surtout, vivent un vrai cauchemar à cause des harceleurs habitués à occuper l’entrée de l’établissement pendant les heures de sortie (midi et soir). Même les femmes, du quartier avoisinant  ne sont pas épargnées par ce phénomène dangereux.
Acte 4 : Au cours de la semaine écoulée, une violente bagarre a éclaté entre des jeunes excités au quartier Sqala. L’échauffourée a semé la panique et la pagaille dans le quartier et privé des familles de sommeil jusqu’à une heure tardive de la nuit.
Acte 5 : Au quartier Sqala toujours, les femmes commencent à redouter le risque imminent d’un vol en plein jour et au milieu même des rues principales. Plusieurs témoignages citent les cas de femmes et de jeunes filles dont les téléphones portables ont été volés par des agresseurs devant tout le monde.
 Ce sont des faits, entre autres, qui témoignent de sérieux problèmes sécuritaires à Mogador.
Le cas de la fille violée rappelle,  le problème de sécurisation du sentier aménagé dans la ceinture verte de la ville. Comment se fait-il qu’un espace public soit ouvert devant tout le monde sans qu’il y ait le moindre dispositif sécuritaire ? N’était-il pas possible de procéder au redéploiement de la brigade des cavaliers pour sécuriser cette zone le week-end au moins? Fallait-il  attendre de pareils incidents dramatiques pour évoquer ce problème ? Et pourquoi ne pas aviser tout simplement les citoyens de l’absence de tout dispositif sécuritaire afin qu’ils évitent de s’engouffrer dans ce sentier à haut risque ?
Le harcèlement des jeunes filles devant les collèges et lycées est devenu un sérieux phénomène à prendre au sérieux. Certes, il y a une brigade composée de deux éléments qui  essaient de sécuriser l’environnement des établissements scolaires, mais il est complètement impossible de sécuriser 4 lycées, 6 collèges et 8 écoles à la fois avec deux éléments seulement. Le harcèlement n’est que la partie visible de l’iceberg de la problématique de sécurité dans le voisinage des lycées et collèges surtout. Les jeunes sont à cet effet exposés aux risques de délinquance, de drogue voire de prostitution.
Par ailleurs, «Libé» n’a pas cessé d‘attirer l’attention des services concernés sur les problèmes sécuritaires qui sévissent dans certains quartiers, Les lagunes et Sqala surtout. Des mesures préventives urgentes sont à prendre pour venir à bout des actes criminels violents et menaçants qui ternissent l’image de ces quartiers depuis plusieurs années.
« Je me demande quel est précisément le rôle de la brigade des motards qui, malheureusement, fait la concurrence aux agents de circulation au lieu de s’attaquer aux points chauds qui dérangent à plusieurs niveaux. Il faut repenser le rôle et le rendement de cette brigade pour mieux sécuriser les points noirs», réclame un acteur associatif.
Le manque d’effectif est indiscutable, mais cela ne justifie en aucun cas le manque d’efficience qui a donné lieu à la prolifération de plusieurs phénomènes insoutenables.
A noter enfin que les services sécuritaires de la ville souffrent actuellement d’un sérieux problème de communication. Les demandes d’informations de « Libé », ne concernant pas les affaires en cours, ont été à chaque fois rejetées. Où en est-on avec le discours d’ouverture de la sûreté nationale sur son environnement social ?

Abdelali Khallad
Mardi 24 Janvier 2017

Lu 1361 fois


1.Posté par Mounir le 26/01/2017 15:44
Les autorités font dans le laisser aller mais dés qu' un qu'un touriste étranger se fera agresser voir pire alors vous les verrez s'activer dans tous les sens ! Un peu comme ce qui s'est passé à Fès !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés