Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Quand fast-food et boulot ne se conjuguent guère

Le repas complet est souvent sauté au profit d’une nourriture malsaine avalée à la va-vite




Manger entre midi et deux heures, voire en soirée à l’extérieur, ou au boulot, c’est le lot quotidien de nombre de citoyens qui travaillent. Les choix, ô temps et espace, varient. Que ce soit à la cantine de l'entreprise, quand elle existe, au restaurant, au bistrot ou au fast-food d’à côté, voire la ‘’mahlaba’’ du coin, équilibrer son alimentation n'est pas toujours chose aisée. Aussi, essayer d’adapter cette dernière à son rythme de travail pour le col blanc d’ici-bled, et ce pour un meilleur rendement et optimiser ses capacités professionnelles, n’en devient que plus compliqué car l’outrage à maîtriser une nutrition saine n’en est que plus authentique.
Si d’aucuns se permettent donc une pause, pour le laps de temps donné en la circonstance, pour aller casser la croûte quand d’autres engloutissent leur casse-dalle dans leur lieu de travail, force est de constater que, mine de rien, c’est un repas, un vrai qui part pour ainsi dire en miettes. Le déjeuner avec entrée, plat, dessert sera alors substitué par un sandwich, pizza, tajine d’épicier, soupe (‘’bissara’’ ou autre hsoua), burgers, sauce et frites, bref, toute cette panoplie de nourriture des temps modernes, dévorée à la va vite et normalement destinée à être évitée tant bien même soit-elle consistante et pouvant servir de base à un déjeuner sain. Tant qu’elle est consommée à l’occasion, d’aucuns n’y trouveraient  pas d’inconvénients mais dès lors qu’elle sera absorbée régulièrement et à un rythme trépidant, ce ne sera que malbouffe toute de graisses malsaines et de calories, en surplus sans effet aucun pour une santé équilibrée.
Inutile de se voiler donc la face dans ces conditions car atteindre les valeurs nutritionnelles recommandées n’en devient que chimérique voire impossible. Souvent même, la nourriture, en fonction des endroits où elle est servie, est douteuse et par là, donc, dangereuse pour la santé. Beaucoup ne s’y trompent d’ailleurs pas et force est de constater qu’aujourd’hui, de plus en plus de nos citoyens se rendent à leur travail trimballant un panier à nourriture soigneusement préparé ‘’made in home’’ un peu comme l’écolier d’autrefois et ses fameux goûters de récré.
L’idéal, selon les nutritionnistes avertis, en tout cas en ce qui concerne les adultes productifs et afin de rester efficace au travail et conserver de bonnes habitudes alimentaires, serait avant tout de s'obliger à une vraie coupure au moment du déjeuner. Auquel cas, dans l’incapacité de jeûner le temps d’un repas, mieux vaut privilégier les fruits sous toutes leurs formes, car un repas vite avalé, peu rassasiant, a toutes les chances de provoquer des fringales aussitôt après. Ou au plus, agir comme les fanas du panier et ramener les repas faits à la maison. En fait, la solution c’est de ne pas être pris en sandwich, entre sandwich ou pas justement.

Mohamed Jaouad Kanabi
Jeudi 10 Mai 2018

Lu 705 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés