Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Projection du film marocain "Monsters" au Festival international du film d'Afrique du Sud

Le long métrage est retenu en sélection officielle




Projection du film marocain "Monsters" au Festival international du film d'Afrique du Sud
Le film marocain "Monsters" du réalisateur Aksel Rifman (Mohamed Fauzi) a été projeté, jeudi soir, dans le cadre de la 5ème édition du Festival international du film d'Afrique du Sud, qui se tient du 6 au 15 mars à Johannesburg. Ce long métrage retenu en sélection officielle raconte l'histoire d'une famille prise en otage dans sa maison de vacances par trois hommes masqués.
La première partie du film contient tous les ingrédients d'un thriller, avec des scènes de violence, d'action et de suspense. Mais les choses vont rapidement prendre une autre tournure, avec des secrets horribles qui feront surface, invitant le public à se demander qui sont les vrais "monstres" dans cette histoire. Ce qui a commencé par une simple affaire de vol, s'avère être une vraie boîte de Pandore. Dans une déclaration à la MAP, le réalisateur Aksel Rifman a indiqué que ce film qui représente le Maroc dans ce festival international traite de plusieurs thématiques communes à toutes les sociétés humaines, dont notamment l'abus du pouvoir et ses conséquences, le patriarcat, l'amour, la pauvreté, entre autres.
Le film a été inspiré par un article paru il y a quelques années dans la presse marocaine sur une bonne qui a été victime d'un viol, ce qui avait soulevé un débat dans le pays suivi par l'adoption de plusieurs lois interdisant l’emploi des mineurs et visant notamment à protéger les fillettes employées comme servantes.
L'objectif de ce long métrage n'est pas uniquement de divertir le public, mais aussi de le pousser à réfléchir et à se poser des questions sur sa réalité et son entourage, a-t-il dit, notant que quelles que soient les différences culturelles ou l'éloignement géographique, toutes les sociétés humaines font face aux mêmes problèmes.
L'un des spectateurs, Lungelo Kuzwayo, a indiqué que ce film, très chargé d'émotions, est doté d'une intrigue complexe qui suppose plusieurs niveaux de compréhension, notant que les techniques de tournage sophistiquées utilisées par le réalisateur ont ajouté de la profondeur à l'histoire.
Une autre spectatrice sud-africaine, Shveta Naidoo, a signalé que le film a soulevé une série de problèmes sociaux qui ont eu lieu au Maroc mais qui ont une nature universelle, précisant que les messages véhiculés par le cinéma transcendent toutes les barrières raciales ou culturelles.
Monsters a déjà récolté plusieurs prix, dont notamment celui du meilleur film étranger au Festival du film de Florida (Etats-Unis), du meilleur scénario et meilleur acteur au Festival international du film d'Isni N’ourgh (Agadir) et du meilleur film amazigh de l'Institut Royal de la culture amazighe (IRCAM). Il a été aussi en sélection officielle au Winter Film Awards International Festival (Etats-Unis), au Festival international du film panafricain de Cannes (France), au Festival international de cinéma et mémoire commune de Nador ainsi qu'au Festival international du film polonais.
Lors de cette 5ème édition du Festival international du film d’Afrique du Sud, "Monsters" concourt dans plusieurs catégories notamment celles du meilleur acteur dans un rôle principal (Abdelouahid Zaouki), du meilleur acteur dans un second rôle (Alae El Bachiri) et de la meilleure actrice dans un second rôle (Jalila Talemsi).  Le film est également en compétition dans les catégories du meilleur scénario, de la meilleure mise en scène et de la meilleure production de la diaspora africaine.
Outre le Maroc et l’Afrique du Sud, plusieurs autres pays sont également représentés lors de ce festival, dont les Etats-Unis, la Belgique, la Chine, l’Inde, la Russie et le Nigeria.

Bouillon de culture

Exposition

Le Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain (MMVI) accueillera, du 08 avril au 1er juillet, une exposition des tableaux du peintre français Eugène Delacroix, intitulée "Souvenirs d'un voyage au Maroc".
Organisée par la Fondation nationale des musées du Maroc et le Musée national Eugène Delacroix - l'établissement public du Musée du Louvre, avec le soutien de l'Académie du Royaume, cette exposition présentera essentiellement des tableaux de l'artiste, dont les travaux et le parcours artistique ont été grandement impactés par son séjour en 1831 au Maroc.
Le voyage de Delacroix au Maroc, d'une durée de cinq mois, est intervenu dans le cadre d'une mission diplomatique destinée au Sultan Moulay Abderrahmane, vers la fin de 1831, à la demande du Roi Louis-Philippe Ier, à une époque où l'usage voulait que des écrivains et des peintres accompagnent les missions diplomatiques pour documenter les faits.
L'Académie du Royaume du Maroc avait organisé, en septembre dernier, un colloque international sur "La palette marocaine d'Eugène Delacroix de 1832 à 1863", qui a permis de faire découvrir l’œuvre artistique d'Eugène Delacroix et d'en révéler davantage sur sa personnalité, à un moment clé de l'Histoire du Maroc, dans le cadre de la problématique relative à l'étude des représentations, tout en révélant son apport à la création artistique et littéraire.

Signature

La cérémonie de signature du livre "Les acquis législatifs de la femme au Maroc et les options possibles pour le processus libanais", qui met la lumière sur la situation et la question des femmes dans le monde arabe, des auteures marocaine Nezha Ammour et libanaise Hassan Abboud, a eu lieu mercredi à Beyrouth. Cet ouvrage de 286 pages, édité par la "Maison arabe des sciences-Les éditeurs", se répartit en sept chapitres traitant de la "Dynamique d'accès de la femme aux postes de décision", "Femmes et réformes légales", "Approche de réforme et institution religieuse", "Le développement humain, un outil pour changer la vie des femmes dans leur environnement", "Femme et citoyenneté, la problématique de la nationalité", "Femme et politiques nationales au Maroc" et "Femme et renouvellement du discours religieux".

Samedi 14 Mars 2020

Lu 1818 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif