Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Procès des attentats de novembre 2015

Salah Abdeslam parle enfin


Libé
Vendredi 11 Février 2022

Procès des attentats de novembre 2015
Le principal accusé des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et près de Paris, Salah Abdeslam, s'est longuement expliqué devant la cour cette semaine lors de son premier interrogatoire sur les faits, après s'être tu des années.

 Cinq mois après le coup d'envoi d'une audience "historique", la cour d'assises spéciale de Paris a commencé à donner la parole à la quasi-totalité des 14 accusés sur le fond du dossier.
 Une foule se pressait pour assister à l'interrogatoire mercredi de l'accusé "numéro un" Salah Abdeslam, mutique pendant les cinq ans d'enquête, puis éruptif et provocateur au début du procès.

 Le seul membre encore en vie des commandos qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, ménage le suspense dès qu'il se lève dans le box, dit qu'il "hésite" encore à parler.

 Il se lance pourtant dans une "déclaration spontanée" sur le sens d'une peine de prison pour ceux qui ont fait "marche arrière", laissant entendre une première fois qu'il a renoncé à tuer, en n'actionnant pas le soir des attentats sa ceinture d'explosifs - défectueuse pour les enquêteurs. Ce qu'il redira plus clairement après plusieurs heures d'interrogatoire. 
 
Avec ses déclarations sur "le fond du fond", il devance aussi de quelques semaines le calendrier de l'audience, la cour ne prévoyant de le questionner sur les ultimes préparatifs des attentats et la soirée fatidique qu'à partir de la mi-mars.

 Il glisse que son frère aîné et admiré, Brahim Abdeslam, futur tueur des terrasses parisiennes, va lui "demander des choses" et qu'il va "faire ces choses-là". Avant de réfréner les ardeurs de la cour qui veut en savoir plus: "Si Dieu le veut, on pourra voir ça plus tard".

Pendant plus de sept heures, celui qui s'estime "diabolisé" affiche un discours ambivalent : d'un côté, aucun reniement de son adhésion à l'organisation Etat islamique qu'il "aime" ; de l'autre, son assurance qu'il n'est "pas un danger pour la société" et son espoir de s'occuper de ses parents après la prison, alors qu'il encourt la perpétuité.

La veille, dans un langage soutenu et réfléchi, son coaccusé Sofien Ayari avait lui détaillé les "raisons politiques" plus que religieuses derrière son engagement en Syrie au sein de l'EI, qui l'a ensuite missionné en Europe.

Une décision peut-être "impulsive" après les bombardements sur des civils, mais qu'il "assume". "Cela ne veut pas dire que c'était le choix juste", ajoute l'ex-étudiant tunisien, 28 ans aujourd'hui.

Sofien Ayari était aussi resté silencieux durant l'enquête et ne comptait pas s'exprimer au procès non plus. Pourquoi alors "ce besoin de parler ?", lui demande l'un de ses avocats, Ilyacine Maallaoui.

L'accusé évoque les cinq semaines d'auditions de parties civiles à l'automne et, notamment, le témoignage de cette mère qui "ressemblait" à la sienne, qui l'a particulièrement "touché".
"Elle a dit qu'elle nous imaginait comme des petits anges et se demandait comment on était arrivé ici", souligne Sofien Ayari. "Cette femme qui a perdu sa fille, la seule chose qu'elle me demande, c'est de comprendre ce qui se passait dans ma tête. Je me suis dit que je lui devais ça, même si ça ne lui rendra pas sa fille".

 Prenant la parole au nom de plusieurs parties civiles, Me Gérard Chemla dit leur "soulagement qu'il se soit exprimé", même si c'est "sa vérité". Elles "considèrent ça comme une marque de respect".

Au début de ces interrogatoires, le Belgo-Marocain Mohamed Bakkali avait lui, au contraire, exprimé le besoin de garder le silence "pour continuer à survivre". Un autre accusé, le Suédois Osama Krayem, avait déjà exercé son droit à se taire.
Après les auditions des parties civiles "difficiles à encaisser", "je n'ai plus la force de me battre ni de m'expliquer", a argumenté Mohamed Bakkali.

Celui qui a obtenu une licence en sociologie a mis en avant sa précédente condamnation, à 25 ans de réclusion et dont il a fait appel, dans le dossier de l'attentat déjoué du Thalys.
"J'ai eu beau jouer le jeu, ça n'a rien changé. (...) Quoi que je fasse c'est toujours la même chose, tout est considéré comme de la ruse".

Osama Krayem, qui refuse de comparaître à l'audience depuis novembre, à l'origine pour protester contre l'absence physique à la barre des enquêteurs belges, a expliqué avoir "perdu espoir" au fur et à mesure des débats.

"Je pense que personne n'est ici pour essayer de comprendre ce qu'il s'est passé et avoir des réponses", avait-il dit dans une lettre à la cour. "Je ressens que nous faisons tous semblant et que ce procès est une illusion".


Lu 1463 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p