Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Présence inspirée des capitaux américains, français et autres dans le Sahara marocain

Avancées diplomatiques Et économiques dans la foulée


Rachid Meftah
Dimanche 14 Avril 2024

Présence inspirée des capitaux américains, français et autres dans le Sahara marocain
Les acquis diplomatiques de plus en plus consolidés et les avancées géostratégiques et économiques du Maroc, par ailleurs consistantes et considérables, se concrétisent davantage en ce début du mois d’avril 2024, notamment en ce qui concerne le dossier de la cause sacrée de l’intégrité territoriale du Royaume.

Ainsi, les Etats-Unis d’Amérique envisagent d’investir dans les provinces et villes du Sahara marocain, l’ambassade du pays de l’Oncle Sam à Rabat ayant lancé un appel d’offres estimé à près de 500.000 dollars dédiés, dans le cadre de l’accord de coopération entre Rabat et Washington, à la promotion d’une croissance économique inclusive aux villes de Dakhla et Laâyoune notamment.

L’engagement américain intervient en réponse aux problématiques relevées par la Mission américaine au Maroc dans les régions de Lâayoune et Dakhla qui seraient, selon le rapport de cette dernière, dépendantes particulièrement de l’agriculture, de la pêche, du tourisme, de l’extraction du phosphate et des énergies renouvelables.

Selon le rapport de ladite mission, « ces régions risquent de connaître un décalage entre les citoyens et le gouvernement lorsque la principale source de revenus est issue d’une ressource naturelle plutôt que de l’activité des citoyens eux-mêmes ».
L’ambassade du pays de l’Oncle Sam à Rabat a lancé un appel d’offres estimé à près de 500.000 dollars dédiés, à la promotion d’une croissance économique inclusive aux villes de Dakhla et Laâyoune notamment
Le projet américain en question, ciblant essentiellement les personnes handicapées, les femmes et les jeunes, aspire à ce que ces bénéficiaires acquièrent des compétences professionnelles, voire générales et une véritable initiation à l’entrepreneuriat.

Il vise, également, à mettre en place des conditions adéquates à même de permettre aux entreprises et aux organisations de la société civile «de s’organiser et  d’intéragir avec les autorités locales sur des thématiques et des enjeux  importants, qu’il s’agisse de l’allocation des ressources ou de l’égalité des sexes »…
D’autre part, le 9 avril, le responsable en charge de la diplomatie européenne, Josep Bourrell, a déclaré, pour sa part que l’Union européenne devait maintenir ses « bonnes relations » avec le Maroc.

Notant qu’il y a « beaucoup d’instabilité sur la côte méditerranéenne », le diplomate européen a mis en avant qu’il est nécessaire de « préserver les pays qui jouissent encore d’une stabilité politique». A cet égard,  en optant pour la préservation de la bonne entente avec le Maroc, il explique que cela se justifie par le fait qu’il (le Maroc) joue non seulement un rôle stratégique en Méditerranée mais aussi vis-à-vis du reste de l’Afrique.

Quant à la France, en plein processus de reprise des rapports particuliers et des liens historiques les rattachant au Royaume, elle ne cesse d’affirmer être résolue à pleinement et directement investir dans le Sahara marocain.

En effet, faisant suite  à la visite éclair au Maroc du ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, qui avait instamment déclaré à Rabat que « la France soutenait les efforts d’investissement du Maroc dans le Sahara », le ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et de la Francophonie et des Français de l’étranger, Frank Reister, à l’occasion d’une cérémonie à la CFCM (la Chambre française de commerce et d’industrie au Maroc), a confirmé, pour sa part, que la France désire accompagner la stratégie d’investissement du Maroc dans ses provinces du Sud.
Stéphane Séjourné avait instamment déclaré à Rabat que « la France soutenait les efforts d’investissement du Maroc dans le Sahara »
Lors d’un bref point de presse, répondant à une question posée par un journaliste de l’AFP qui cherchait une confirmation du fait que le quai d’Orsay avait autorisé tout dernièrement le financement public de projets privés au Sahara marocain, Frank Reister a rappelé ladite déclaration de son collègue en charge des affaires étrangères en ajoutant, ensuite, que « la France est prête à accompagner ces efforts d’une manière ou d’une autre » et en citant l’exemple de «Proparco» (une institution financière au service du secteur privé et du développement durable) qui pourrait contribuer au financement de la ligne à haute tension entre Dakhla et Casablanca, qui est stratégique pour le Maroc ».
Le quai d’Orsay avait autorisé tout dernièrement le financement public de projets privés au Sahara marocain
Et le ministre délégué du Commerce extérieur, de l’Attractivité et de la Francophonie et des Français de l’étranger de conclure que la France est convaincue du fait que la relation bilatérale passe par un accompagnement de la stratégie d’investissement du Maroc partout dans le Royaume.

Il est à noter, dans cette même veine, que vers la fin du mois de mars plusieurs organes de presse marocains s’étaient fait l’écho de cette annonce officielle française et avaient interprété notamment le probable engagement de Proparco comme une reconnaissance plutôt indirecte de la souveraineté marocaine sur l’ensemble des provinces du Sud.

Pour leur part, les milieux d’affaires français au Maroc, où un millier de filiales d’entreprises de l’Hexagone est bien présent, ont, quant à eux, réagi très favorablement. « Nous, dirigeants, sommes très satisfaits de cette annonce », avait déclaré à un média marocain, le directeur d’Engie pour le Royaume chérifien, Loïc Jaegert-Huber.

Quant aux pantins des caporaux qui président à la destinée de ce cher voisin de l’est, relayés par les médias à la botte, ils ne peuvent s’empêcher de vociférer et de s’agiter tel un Don Quichote parti combattre les moulins à vent. Chimère interminable !
Ils sont vraiment à plaindre…

Rachid Meftah


Lu 1638 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    





Flux RSS
p