Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Premier sommet UE-Ligue arabe à Sharm el-Sheikh

Migration et sécurité, seront parmi les thèmes évoqués




Sécurité, migration, développement économique seront parmi les thèmes évoqués dimanche et lundi au premier sommet des chefs d'Etat de l'Union européenne et de la Ligue arabe à Sharm el-Sheikh, dans l'est de l'Egypte.
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi accueillera plusieurs de ses homologues européens et arabes, aux côtés des présidents du Conseil européen Donald Tusk et de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
Vingt-quatre présidents et Premiers ministres européens sur 28 sont attendus dans la station balnéaire égyptienne, selon un responsable de l'Union européenne (UE), qui n'a pas donné davantage de précisions.
Parmi eux, la chancelière allemande Angela Merkel fera le déplacement ainsi que la Britannique Theresa May, au moment même où cette dernière doit faire face à l'inflexibilité des Européens sur le Brexit.
Du côté des pays arabes, le Premier ministre libanais Saad Hariri, les présidents irakien Barham Salih et tunisien Béji Caïd Essebsi, seront notamment présents.
Il n'était pas clair dans l'immédiat si le président soudanais Omar el-Béchir, confronté à une vague de manifestations antigouvernementales dans son pays et sous le coup de plusieurs mandats d'arrêt, se rendra à ce sommet.
Selon l'ambassadeur Ivan Surkos, chef de la délégation de l'Union européenne au Caire, trois thèmes principaux seront au menu des discussions: la coopération économique entre l'Europe et les pays arabes, les défis mondiaux et les questions régionales.
En premier lieu, le commerce et l'investissement autour de la Méditerranée, ainsi que les questions d'éducation et sociales, feront l'objet de discussions.
Au registre des défis mondiaux, les deux parties évoqueront le multilatéralisme, les changements climatiques, les migrations, la sécurité et la situation dans la région.
Les dossiers régionaux comme le conflit israélo-palestinien, la Syrie, le Yémen et la Libye seront également abordés.
"Des contacts et une coopération renforcée entre les membres de l'UE et de la Ligue arabe peuvent potentiellement améliorer la prospérité et la stabilité dans les deux régions", a estimé M. Surkos dans un e-mail envoyé à l'AFP.
Si la question des migrations, au cœur des relations entre les deux blocs, sera évoquée au cours des échanges, le sommet ne sera "absolument pas" consacré à cette seule question, a assuré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.
"Nous aurons des discussions franches et ouvertes, pas seulement sur les migrations, assurément pas", a dit Mme Mogherini à la presse lundi en citant notamment la coopération économique en Méditerranée.
Mais, selon un responsable de l'ONU parlant sous couvert d'anonymat, "certains pays de l'UE ne veulent pas discuter de migration. Comment voulez-vous discuter d'un problème si on ne peut même pas l'évoquer?"
"Si sur les aspects migratoires il y a cette approche négative très forte (de l'Europe), alors cela risque de bloquer toutes les autres discussions", explique cette même source en citant le développement économique et le commerce.
En décembre, l'Assemblée générale de l'ONU a ratifié le Pacte mondial pour les migrations, texte destiné à renforcer la coopération internationale pour une "migration sûre". Mais parmi les pays de l'UE, la Hongrie, la République tchèque et la Pologne ont voté contre.
La Hongrie et son Premier ministre Viktor Orban se sont montrés résolument hostiles à l'immigration en particulier depuis la crise migratoire de 2015.
Selon Marc Pierini, analyste pour le centre de réflexion Carnegie Europe, ancien ambassadeur de l'UE en Tunisie et en Libye, l'enjeu majeur du sommet de Sharm el-Sheikh est "d'établir un dialogue qui fasse un sens entre deux entités qui sont confrontées à leurs propres défis".
Cette réunion intervient selon lui à un moment où "les pays arabes ressentent toujours les effets des révolutions initiées en 2011". En outre, selon lui, "l'unité de la Ligue arabe est malmenée".
De son côté, l'Union européenne est "divisée en interne sur certains de ses principes fondamentaux", dont le respect de l'Etat de droit, assure M. Pierini.
Perçu comme un pôle de stabilité régional incontournable pour les Européens, l'Egypte, où siège la Ligue arabe, tente de retrouver une place sur l'échiquier international après les troubles politiques et économiques qui ont suivi la révolte de 2011.
Le sommet aura lieu à Sharm el-Sheikh à la pointe sud du Sinaï, placée sous haute sécurité, alors qu'au nord de la péninsule sévit toujours depuis 2013 une insurrection jihadiste qui a fait des centaines de morts parmi les forces de sécurité.

Libé
Samedi 23 Février 2019

Lu 636 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com