Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Premier Forum sur la problématique de la propreté à la capitale économique


L'implication de tous les acteurs est nécessaire pour réussir le challenge d’une ville propre



La ville de Casablanca a tenu, vendredi, son premier Forum sur la propreté urbaine, dans le souci de trouver les voies à même d'améliorer la qualité des prestations de la collecte et du nettoiement. La réussite du défi de la propreté urbaine à Casablanca passe par le développement de la filière du "tri-recyclage-valorisation" de tous types de déchets, ont affirmé, vendredi à la métropole, les participants au premier Forum sur la problématique de la propreté à la capitale économique.
Lors de cette rencontre, co-organisée par la société de développement local Casa Prestations et l'Université Hassan II et placée sous le signe "Nous sommes tous concernés", les intervenants ont fait observer que les gisements des déchets représentent un potentiel économique important, encore très peu exploité, annonçant que l’ère de l’enfouissement des déchets est révolue au profit d’une réelle volonté de développement d’une économie circulaire, tenant compte à la fois du profit généré par le recyclage et des enjeux environnementaux. 
"La salubrité, la propreté et le civisme sont l'affaire de tous et l'implication de tous les acteurs (élus, citoyens, société civile ...) est nécessaire pour réussir le challenge d’une ville propre", ont insisté les participants à ce forum, rehaussé par la présence du ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur, Noureddine Boutayeb et de la secrétaire d’Etat chargée du Développement durable, Nezha Elouafi.
Cette première édition a connu également la participation du wali et du président de la région Casablanca-Settat, respectivement Abdelkebir Zahoud et Mustapha Bakkoury, du maire de Casablanca, Abdelaziz Omari, ainsi que des instances universitaires et acteurs privés et de la société civile.
Les participants ont planché, notamment, sur l’impact de la propreté sur la vie au quotidien du citoyen, son environnement et son entourage écologique, outre l’incidence sur l’attractivité de la ville et son rayonnement.
Ils ont relevé que la bonne gouvernance et le rôle du citoyen dans le maintien de la propreté sont les deux leviers qui permettront à la ville de se hisser parmi les métropoles propres et agréables à vivre.
"Ceci passe nécessairement par, d’une part, une relation avec les prestataires qui soit basée sur le résultat et d’autre part, une sensibilisation du citoyen, pour en faire un acteur clé", ont-ils souligné.
Les ateliers de cette rencontre sont axés sur la place de la gestion des déchets dans la Charte nationale de l’environnement, le cahier des charges de la propreté urbaine pour des prestations de qualité, la sensibilisation et le civisme, outre les contraintes et opportunités en matière de valorisation des déchets.
Les organisateurs espèrent "sortir avec des recommandations concrètes et applicables" en vue de résorber cette problématique, à la lumière d’une "démarche participative" et d’une "action commune".

Libé
Lundi 26 Février 2018

Lu 650 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés