Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Poursuite en justice de la personne soupçonnée d’avoir diffusé des assertions sur l'année blanche




Poursuite en justice  de la personne soupçonnée d’avoir diffusé des assertions sur l'année blanche
Le Parquet général près le tribunal de première instance de Khouribga a décidé, samedi, de poursuivre une personne soupçonnée de publier un faux communiqué attribué au ministère de l'Education nationale faisant état "d’une année blanche dans l’enseignement au Maroc.
Le procureur du Roi près le tribunal de première instance de Khouribga, Brahim Zahir, a affirmé dans un communiqué que suite aux informations relayées sur les réseaux sociaux concernant un faux communiqué attribué au ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, faisant état d'une année blanche pour tous les niveaux scolaires de l’enseignement, la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) a diligenté une enquête sous la supervision du Parquet, qui a permis d’identifier l’auteur de cet acte.
Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête avant d’être déféré devant le Parquet pour les faits qui lui sont reprochés. 
La même source indique que ce dernier a décidé de renvoyer l’affaire devant le tribunal compétent conformément aux dispositions de la loi. Le ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique avait catégoriquement démenti, mardi, avoir annoncé "une année blanche" pour l'ensemble des niveaux scolaires.
Dans une mise au point, le ministère avait qualifié de "fake news" les informations contenues dans un communiqué circulant sur les réseaux sociaux.

Mardi 12 Mai 2020

Lu 291 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Novembre 2020 - 17:03 Le collectif Parité maintenant monte au créneau