Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pour enterrer 2020, George Clooney offre l’ apocalypse en streaming





Pour enterrer 2020, George Clooney offre l’ apocalypse en streaming
Une star planétaire qui a vieilli et veut croire en “la rédemption”.Al’approche de la soixantaine, George Clooney signe avec “Minuit dans l’Univers”, en ligne mercredi sur Netflix, une fable apocalyptique toute indiquée pour enterrer l’année 2020. Oublié le vendeur de dosettes de café le plus sexy du monde. C’est esseulé et souffreteux, barbe grise sur un visage qui commence à être marqué par les ans, que George Clooney s’amuse à apparaître dès les premiers plans du film, qu’il a réalisé et produit. Ce long-métrage de 2H15 est le septième en tant que réalisateur de l’Américain, qui n’a plus rien à prouver devant la caméra. Sa trame est classique : pèchant d’orgueil, l’humanité a empoisonné l’air et dévasté la Terre. Les survivants se sont réfugiés dans des souterrains. Le futur de l’humanité repose sur une poignée d’hommes et de femmes.

Dans l’espace, l’équipage d’une navette spatiale, de retour vers la Terre après des années de mission et que personne n’a informé de la catastrophe qui a rendu la planète inhabitable. Sur Terre, seul à rester dans une base scientifique polaire désertée, un scientifique, George Clooney. Le vieux sage tente de prendre contact avec les survivants et de sauver ce qui peut l’être. Le film se veut quelque part entre “The Revenant”, odyssée de survie et de vengeance dans l’Ouest américain, d’Alejandro González Iñárritu, et “Gravity”, d’Alfonso Cuarón, avec Clooney, qui avait renouvelé la façon de filmer l’apesanteur. Le tournage des scènes polaires, en Islande, au milieu des tempêtes de neige, a été rude. Le vaisseau spatial, lui, a été reconstitué en studio.

A 59 ans, quinze ans après “Good Night and Good Luck”, film en noir et blanc sur la fin du maccarthysme, le réalisateur connu pour ses engagements humanitaires au Darfour aux côtés de son épouse, l’avocate Amal Clooney, brosse un futur très sombre pour l’humanité. “Au début, lorsque nous parlions de ce film, c’était à propos de ce que l’homme peut infliger à l’homme et à l’humanité. La colère, la haine et tout (...) ce qui pourrait d’une façon ou d’une autre nous conduire à tout gâcher, dans les grandes largeurs”, a-t-il expliqué en conférence de presse. Mais “après le tournage, est arrivée la pandémie”, a-t-il poursuivi.

Libé
Dimanche 20 Décembre 2020

Lu 323 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.