Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Peu de films marocains abordent la question du handicap

Hassan Benkhlafa, directeur général du Festival Handifilm

​L’Association Handifilm organise actuellement à Rabat la 14ème édition du Festival Handifilm sous le thème “Les troubles d’apprentissage à travers le zoom des jeunes cinéastes”. A cette occasion, le directeur général du festival,Hassan Benkhlafa, revient, dans un entretien accordé à la MAP, surles acquis apportés parcet événement, le traitement de la thématique du handicap dans le cinéma marocain, ainsi que sur le rôle des jeunes dans la dissémination desvaleurs de diversité et de respect de l’autrevia le 7ème art.



En 14 ans d’existence, quelle est la contribution du festival à la cause des personnes en situation de handicap ?
On peut dire que le public du festival s’est élargi d’une édition à l’autre et que le nombre de nos partenaires a augmenté au niveau national et international. Depuisla neuvième édition, le festival bénéficie du Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Pendant cette période, nous avons fait la promotion de quelques films marocains et de nombreux films internationaux qui traitent de la question du handicap de manière positive et projettent une image positive du handicap et des personnes en situation de handicap. Ce foisonnement a culminé avec la production du premier film marocain utilisant la technologie de l’audiodescription pour les malvoyants et les aveugles et le sous-titrage pour les sourds. Ce film mettait en vedette Mohamed Choubi et une actrice porteuse du syndrome de Down.

Comment évaluez-vous le traitement de la question des personnes en situation de handicap dans le cinéma marocain, aussi bien en termes de visibilité que d’interprétation cinématographique ?
Peu de films marocains abordent la question du handicap. Les personnages interprétés parles personnes en situation de handicap ne servent pas l’image de cette catégorie ainsi que son rôle positif dans le développement social. Ces films présentent une sorte de satire négative pour provoquer le rire ou la pitié. Amon avis, le film“Six mois et un jour” d’Abdeslam Kelai est un bon exemple de film sur le handicap car il traite, de manière artistique et positive, de la problématique de l’intégration des personnes souffrant d’autisme au sein de la société marocaine.

L’édition actuelle traite des troubles de l’apprentissage. Pourquoi cette thématique ?
Chaque année, nous choisissons un sujet qui touche les types de handicap ou certaines techniques ou moyens d’intégrer les personnes en situation de handicap. Certains types courants et bien connus de handicap ont naturellement eu la priorité. Lors de cette édition, nous avons voulu souligner les difficultés d’apprentissage en tant que sorte de handicap caché malgré sa prévalence élevée et ses conséquences néfastes pour les jeunes apprenants.

Parmi ces difficultés d’apprentissage, il y a la dyslexie, la dysgraphie etla dyscalculie, qui contribuent de manière significative au taux élevé de décrochage scolaire et à la prévalence de l’analphabétisme. A travers les sujets et les thématiques que nous traitons, nous cherchons à sensibiliser le grand public et les responsables en particulier afin qu’ils changent leur perception du handicap.

Changer cette perception favoriserait le rayonnement d’une culture d’acceptation du handicap chez le grand public et amènerait les responsables à élaborer des politiques publiques et à prendre des mesures pour améliorer la participation des personnes en situation de handicap au développement inclusif.

En tant qu’association, quelles sont vos propositions pour promouvoir la visibilité des personnes en situation de handicap dans le cinéma ? 
Afin de renforcer la présence positive des questions de handicap en général et d’améliorer l’image des personnes en situation de handicap dans le cinéma, nous proposons la création d’un atelier pour un cinéma inclusif favorisant la participation d’acteurs, de cinéastes et de techniciens en situation de handicap. Nous proposons également d’encourager la réalisation de films prenant en compte les personnes ayant une déficience sensorielle (aveugles, malvoyants et malentendants) et de s’assurer que les salles obscures sont adaptées aux normes d’accessibilité. Nous insistons également surla nécessité de faire participer les praticiens spécialisés en médecine et en réadaptation comme conseillers en matière de handicap pour s’assurer que les rôles des personnages soient conformes aux types de handicap traités dans les films.

Libé
Vendredi 18 Juin 2021

Lu 590 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS