Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Oued Sakia El Hamra poursuit progressivement sa décrue

Démarrage des travaux de réhabilitation de la route entre Tarfaya et Laâyoune




Après avoir atteint le week-end dernier son plus haut niveau depuis des décennies, la crue de l’oued Sakia El Hamra continuait, mardi, sa descente progressive en déversant ses eaux dans l'Atlantique, au moment où les travaux de réhabilitation de la route côtière reliant Laâyoune et Tarfaya ont démarré.
Ces travaux, menés sous la supervision d’équipes relevant de l’Agence du Bassin hydraulique de Sakia El Hamra-Oued Eddahab et du ministère de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, devront permettre la réhabilitation d’un tronçon routier de presque 3 km, dans l’attente d’un retour à la normale du niveau des eaux de l’oued pour entamer un diagnostic général de l’état des lieux après le passage de la crue.
Parallèlement, des équipes d’intervention et de secours restent mobilisées pour transporter les personnes à bord de zodiacs entre les deux rives de l’oued Sakia El Hamra, la route nationale n°1 reliant Laâyoune et Tarfaya et la digue du barrage qui sert également de voie de contournement de la ville, étant fermée à la circulation, en raison de la montée des eaux de l’oued.
Après la décrue totale, "il est prévu de mener un diagnostic de l’état du barrage, l’objectif étant d’arrêter les dispositions à prendre pour une éventuelle réparation et réhabilitation de la digue" du barrage de Sakia El Hamra, a déclaré à la MAP, le directeur des aménagements hydrauliques auprès du ministère délégué chargé de l’Eau, Khalid El Ghomri.
Le passage de cette crue exceptionnelle avait engendré le débordement des eaux de l’oued sur la crête du barrage de Sakia El Hamra, entraînant la dégradation du "talus aval" et l’ouverture de deux brèches, d’une centaine de mètres, dans le corps du barrage au niveau du lit mineur de l’oued. La hauteur des deux brèches s’est développée ensuite au fur et à mesure du déversement pour atteindre presque le niveau de l’oued.
"Il sera également procédé à l’identification de sites potentiels de barrages à l’amont dudit barrage", a expliqué M.El Ghomri.
De même, la direction des aménagements hydrauliques et/ou l’Agence du Bassin hydraulique sont appelées, à la demande des autorités locales, à réaliser une étude détaillée de la protection contre les inondations des ouvrages et infrastructures existantes en aval du barrage et jusqu’à l’embouchure au niveau de Foum El Oued, a-t-il soutenu.
En 18 heures (entre le 28 et 29 octobre), le volume des eaux stockées au niveau du barrage de Sakia El Hamra (d’une capacité de stockage de 110 Mm3) est passé de 7Mm3 à 203Mm3, alors que le débit de pointe de la crue s’est établi à plus de 3000 m3/s), largement au-dessus du seuil du "dimensionnement de l’ouvrage de l’évacuateur des crues (410 m3/s)".
La masse d'eau impressionnante charriée par Oued Sakia El Hamra avait submergé des fermes agricoles près de Foum El Oued et entraîné des dégâts matériels.

Jeudi 3 Novembre 2016

Lu 963 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés