Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Olaf Scholz tente d'éteindre le feu qui couve dans son gouvernement 



Libé
Lundi 27 Mars 2023

Le chancelier allemand Olaf Scholz devait réunir dimanche soir sa coalition pour tenter d'apaiser des tensions croissantes entre les partenaires du gouvernement, qui menacent de tourner à la crise.


Les disputes entre les Libéraux du FDP, écologistes et sociaux-démocrates du chancelier, formant la coalition gouvernementale, concernent aussi bien le climat, que le financement de l'armée, tout le budget 2024 et ceux des années à venir. 
Les Libéraux, un parti de droite, tiennent le ministère des Finances et se voient en garants de la rigueur budgétaire.

L'un de leurs responsables, Christoph Meyer, a reproché samedi aux deux autres partis "une addiction à la dépense publique", dans les journaux du groupe de presse Funke. "Parfois il faut arracher la bouteille de schnaps de la bouche d'un alcoolique", a-t-il lancé.

Sur le climat, Verts et FDP étalent au grand jour depuis des semaines leurs désaccords au sujet des moteurs à combustion et de l'interdiction progressive des chauffages au fioul ou au gaz.


Le chancelier a lui toutes les peines, un an et demi après son arrivée au pouvoir, à prendre l'ascendant sur ses remuants partenaires. "La maison de la coalition est en train de brûler", résume le quotidien populaire Bild.


C'est donc à une séance de thérapie collective que les membres de cette coalition inédite vont se soumettre dimanche à partir de 18H30 à la chancellerie.
 Objectif: remettre de l'ordre afin d’enrayer une impopularité grandissante dont tirent partie l'opposition conservatrice, en tête des sondages, et l'AfD (extrême droite), désormais troisième parti d'Allemagne selon plusieurs études.

Les principales turbulences ont été provoquées ces derniers jours par le ministre écologiste de l'Economie et du Climat, Robert Habeck.


Lassé des critiques contre sa priorité donnée aux énergies renouvelables, le vice-chancelier s'est autorisé une virulente charge. "Il n'est pas possible que dans une coalition de progrès, un seul parti représente le progrès et les autres l'empêchement", s'est emporté mardi le numéro 2 du gouvernement.


Le philosophe de formation reproche aussi au gouvernement de ne "pas suffisamment" remplir sa mission "d'apporter quelque chose aux gens, à l'Allemagne" et au climat.

Le pays a certes atteint en 2022 son objectif de limitation des émissions de CO2, en partie grâce à la crise énergétique, mais le chemin reste encore long pour atteindre la neutralité carbone en 2045.


M. Habeck reproche en particulier à ses alliés libéraux de freiner son projet, qui a fuité dans la presse, d'interdiction l'an prochain de nouveaux chauffages au fioul ou gaz. 
Cette limitation aurait des conséquences économiques et sociales "désastreuses", redoute Christian Lindner, chef de file du FDP et ministre des Finances.


Une critique partagée au sein du SPD où l'on s'inquiète, par la voix du député Dirk Wiese, pour tous ceux "qui ne peuvent pas se permettre de dépenser 20.000 à 30.000 euros pour un nouveau chauffage". "La communication sur les défis posés par le changement climatique" a été trop incomplète, confirme auprès de l'AFP le politologue Gero Neugebauer, pour lequel "les changements de comportement individuel exigés sont considérés comme une atteinte inacceptable à la vie privée".


L'électorat du FDP, principalement issu des classes aisées, craint, selon l'expert, "d'être forcé par l'Etat" à changer ses habitudes et mode de vie.
 La tension est telle que le vice-président du FDP, Wolfgang Kubicki, est allé jusqu'à affirmer, avant de s'excuser, que M. Habeck partageait avec Vladimir Poutine "une conviction similaire que l'Etat, le dirigeant, l'élu souvent mieux que les gens ce qui est bon pour eux".


Le SPD, premier parti de la coalition, a appelé ses partenaires à ne plus étaler dans la presse leurs désaccords et à "passer à un autre mode de travail", selon les termes de son co-dirigeant, Lars Klingbeil.
 Les conservateurs de la CDU, qui rêvent d'un retour au pouvoir en 2025, ne cessent de critiquer le chancelier. "Il faut plus que jamais un leadership, et OIaf Scholz ne le montre pas, car il laisse faire", déplore le vice-président de la CDU, Carsten Linnemann.



Lu 447 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p