Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Immigration

Deux migrants de douze ans, un Afghan et un Irakien, ont été grièvement blessés mercredi par la police croate qui a ouvert le feu sur le véhicule qui les transportait, a annoncé un porte-parole policier.
Mercredi vers 22H00 locales (20H00 GMT), une camionnette immatriculée en Autriche a refusé de s'arrêter à un contrôle près de la frontière avec la Bosnie, a raconté à l'AFP Elis Zodan.
La police a alors ouvert le feu avant de découvrir que deux enfants avaient été blessés, parmi les 29 migrants d'Afghanistan et d'Irak qui y étaient embarqués. Il y avait un total de quinze enfants dans la camionnette. Le conducteur est parvenu à prendre la fuite dans les bois environnants et était toujours recherché jeudi.
"Gravement blessés", les enfants ont été hospitalisés à Zadar (sud) et sont "dans un état stable", a déclaré Elis Zodan qui n'a pas donné plus de détail sur la nature des blessures. Selon les médias locaux, leurs jours ne sont pas en danger.

Condamnation

La Roumanie et la Lituanie ont été reconnues jeudi coupables, par la Cour européenne des droits de l’Homme, d’avoir accueilli sur leur sol des centres de détention secrets de la CIA où des détenus ont été torturés dans le cadre de la lutte des Etats-Unis contre le terrorisme.
Dans deux arrêts distincts relatifs aux plaintes d’un Saoudien et d’un apatride d’origine palestinienne, aujourd’hui détenus sur la base militaire de Guantanamo, la juridiction du Conseil de l’Europe condamne les deux pays pour traitements inhumains et dégradants, violation du droit au respect de la vie privée et familiale et violation du droit à un recours effectif.
S’agissant du Saoudien Abd al-Rahim al-Nashiri, passé par un centre de détention en Roumanie et passible de la peine de mort aux Etats-Unis, Bucarest est également condamné pour violation du "droit à la vie".

Vendredi 1 Juin 2018

Lu 161 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.