Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Afrique du Sud

Un engin explosif a été découvert dans la mosquée cible d'une attaque au couteau qui avait fait un mort et deux blessés la semaine dernière en Afrique du Sud, a indiqué lundi la police.
Dimanche, "des fidèles ont affirmé avoir découvert un engin explosif dans la mosquée" de Verulam (nord-est), a déclaré à l'AFP Simphiwe Mhlongo, un porte-parole de l'unité d'élite de la police, les Hawks, qui a été chargée de l'enquête.
"Selon les informations recueillies par l'unité chargée des explosifs, il s'agissait en effet d'un engin explosif", a-t-il confirmé, sans pouvoir donner dans l'immédiat la composition du dispositif. Le porte-parole a assuré que la mosquée avait été "passée au peigne fin" après l'attaque au couteau de jeudi et que l'engin n'avait été découvert que dimanche.
Jeudi, trois personnes non identifiées armées de couteaux étaient entrées dans la mosquée chiite de Verulam, au nord de Durban, avaient égorgé un homme et en avaient poignardé deux autres.

Colombie

La guérilla de l'ELN a annoncé lundi qu'elle cesserait ses "activités militaires" le temps des élections générales en Colombie afin de permettre à la population de voter tranquillement.
"L'ELN cessera ses activités militaires à zéro heure le 25 mai et jusqu'à minuit le 29 afin de créer les conditions favorables permettant à la société colombienne de s'exprimer lors des élections", écrit l'ELN (Armée de libération nationale) sur son compte Twitter. Le premier tour de l'élection présidentielle a lieu le 27 mai.
La dernière guérilla active en Colombie, qui compte quelque 1.500 combattants, a repris la semaine dernière son dialogue avec le gouvernement, à La Havane.
L'ELN dit espérer que le gouvernement "répondra par une conduite similaire à cette démonstration d'esprit de conciliation".
Le président colombien Juan Manuel Santos a reconnu qu'il ne serait pas possible d'arriver à un accord final de paix avec l'ELN avant la fin de son mandat en août.
Et il dit craindre que les efforts menés pendant son mandat pour arriver à "la paix complète" en Colombie ne soient réduits à néant si la droite, qu'on sait opposée aux négociations, gagne l'élection présidentielle.

Mardi 15 Mai 2018

Lu 169 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >