Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




Birmanie

La Birmanie a accepté une visite du Conseil de sécurité de l'ONU après des mois de résistance, mais sans établir clairement si les ambassadeurs onusiens pourront se rendre dans l'Etat Rakhine, a indiqué lundi le président en exercice du Conseil.
Près de 700.000 membres de la minorité musulmane Rohingya qui vivaient dans l'ouest de la Birmanie, pays à forte majorité bouddhiste, ont fui en masse depuis août vers le Bangladesh, sous la menace de l'armée birmane.
Le Conseil de sécurité avait proposé une visite en février, mais le gouvernement birman avait jugé que ce n'était "pas le bon moment" pour envisager un tel déplacement.
L'ambassadeur péruvien Gustavo Meza-Cuadra, président en exercice du Conseil, a indiqué que les détails de la visite devaient encore être finalisés, et notamment le fait de savoir si le Conseil de sécurité serait autorisé à se rendre dans l'Etat Rakhine.
"Evidemment nous sommes intéressés par l'Etat Rakhine", a ajouté M. Meza-Cuadra.

 Syrie

Des rebelles assiégés dans une poche située à une quarantaine de kilomètres au nord-est de Damas devront se rendre ou partir, selon les termes d'un ultimatum qui leur a été adressé par les forces progouvernementales syriennes et par des militaires russes.
Cette poche est distincte de celle de la Ghouta orientale que le régime de Bachar al Assad est en passe de reprendre.
"Un message clair a été adressé aux groupes de l'Armée syrienne libre de la zone: soit ils choisissent la réconciliation et le désarmement (...), soit ils quittent le Kalamoun oriental", a indiqué Saïd Saïf, porte-parole des Forces du Martyr Ahmed al Abdo à la chaîne de télévision Al Hadath.
L'enclave rebelle du Kalamoun oriental comprend quelques localités et une zone désertique.

Mercredi 4 Avril 2018

Lu 195 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés