Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News



Evacuation

"Partez vite!"... Les autorités australiennes ont, comme la semaine passée, exhorté certains habitants à évacuer à l'approche d'une vague de chaleur qui risque d'attiser encore les dramatiques feux de forêt ayant ravagé de vastes zones dans le sud et l'est. Le gouvernement de l'Etat du Victoria a notamment appelé certaines populations de l'Est à quitter leurs domiciles avant la hausse des températures mercredi, tandis qu'en Australie-méridionale, nombre d'habitants de petits villages de l'Île Kangourou, au sud d'Adélaïde, ont été emmenés en lieu sûr.
"Partez! Partez vite!", a déclaré la ministre de la Police de l'Etat du Victoria, Lisa Neville, en s'adressant aux populations des zones à risque.
"Tous les avertissements que nous avons lancés n'ont qu'un but, sauver des vies."

Arrestation

La police néerlandaise a annoncé mercredi avoir arrêté un homme qui se comportait "de manière agressive" envers des passagers, dont certains l'ont entendu crier "Allahu Akbar", dans un train à grande vitesse reliant Amsterdam à Paris. Aucune arme n'a été trouvée et personne n'a été blessée dans l'incident, qui a entraîné l'arrêt temporaire du Thalys en gare de Rotterdam, a indiqué la police de la ville portuaire.
"Dans un train d'Amsterdam vers Paris, un homme de 28 ans s'est comporté de manière agressive ce matin (mercredi). Des voyageurs ont entendu l'homme crier +Allahu Akbar+, et la panique a éclaté brièvement", a déclaré la police sur Twitter. "L'homme a été arrêté et la police enquête sur l'affaire. Il n'y a eu aucun blessé et aucune arme n'a été trouvée", a-t-elle ajouté.
Selon la télévision publique néerlandaise NOS, la police a déclaré que l'homme "s'était comporté de manière confuse et avait crié des choses étranges".

Election

Facebook a joué un rôle dans l'arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump, qui a su mener la meilleure stratégie sur le réseau social, estime un cadre dirigeant de l'entreprise en mettant toutefois en garde contre des modifications trop drastiques des règles.
Dans un long message destiné à ses collègues, Andrew Bosworth s'interroge: "Facebook est-il responsable de l'élection de Donald Trump ?"
"Je crois que la réponse est oui mais pas pour les raisons auxquelles tout le monde pense", répond-il dans le texte intitulé "Pensées pour 2020", rendu public mardi d'abord par le New York Times puis par son auteur lui-même.
Le président américain "n'a pas été élu à cause de la désinformation russe ou (du cabinet) Cambridge Analytica. Il a été élu car il a mené la meilleure campagne de publicité sur internet que je n’ai jamais vue. Point final", affirme le dirigeant, considéré comme faisant partie du cercle des conseillers proches de Mark Zuckerberg, patron de Facebook.

Jeudi 9 Janvier 2020

Lu 768 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS