Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News




CPI

Les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI) vont faire appel de l'acquittement de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, ont-ils écrit dans un document de la Cour consulté mercredi par l'AFP.
"L'accusation (...) a déterminé son intention de faire appel de la décision" d'acquittement de M. Gbagbo, dont les juges ont ordonné la mise en liberté immédiate mardi.
L'ex-président et son ancien ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, qui comparaissaient pour crimes contre l'humanité, ont été acquittés de l'ensemble des charges pesant sur eux.
Ils étaient tous deux accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupables.
Après avoir occupé le palais présidentiel pendant plusieurs mois, Laurent Gbagbo avait finalement été arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par l'ONU et la France, avant d'être remis à la CPI.

Arrestations

Dix-huit personnes ont été interpellées par les Mossos d'Esquadra (police régionale catalane), dans le cadre d'une opération antiterroriste menée mardi dans les villes de Barcelone et Igualada (Nord-est de l'Espagne).
Dans un communiqué, la police catalane précise qu'à part une interpellation survenue à Igualada, les 17 autres ont eu lieu à Barcelone, ajoutant que les mis en cause sont soupçonnés d'être les auteurs de délits liés au terrorisme, d'atteinte au patrimoine et à la santé publique, de falsification de documents et d'appartenance à une organisation criminelle.
Parmi les 18 personnes arrêtées dans le cadre de cette opération, fruit d'une enquête entamée en 2017, cinq (âgées entre 33 et 44 ans) se trouvaient dans un stade avancé de radicalisation et avaient l'intention de commettre des attentats terroristes, relève-t-on de même source.
Trois de ces cinq individus soupçonnés de terrorisme sont d'origine algérienne, un d'origine libyenne et un autre d'origine irakienne, alors que les 13 détenus restants sont de nationalités espagnole, algérienne, égyptienne, irakienne, marocaine et libanaise.

Jeudi 17 Janvier 2019

Lu 158 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.