Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

News



Londres

L'homme arrêté après l'attaque à la voiture bélier commise mardi matin à Londres se nomme Salih Khater et est un citoyen britannique d'origine soudanaise, a-t-on appris mercredi auprès d'une source d'un service européen de sécurité.
Le suspect était inconnu des services de sécurité avant l'attaque présumée contre des piétons devant le Parlement de Westminster, ajoute cette source qui précise que ses motivations réelles n'ont pas encore été établies.
"L'affaire est toujours traitée comme relevant du terrorisme, mais le motif reste inconnu", a-t-elle déclaré.
Trois personnes ont été blessées dans l'incident.
La police britannique n'a pas divulgué l'identité du suspect, indiquant simplement qu'il est âgé de 29 ans. Placé en détention, il refuse de coopérer avec les enquêteurs, indiquait mardi le chef de la police antiterroriste, Neil Basu.
"Compte tenu du fait que son acte semble être délibéré, de la méthode et de l'importance symbolique de ce lieu, nous considérons cela comme un événement terroriste", a-t-il ajouté.
Des perquisitions ont été menées mardi à Birmingham et Nottingham.

Turquie

Un tribunal turc a rejeté mercredi un nouvel appel du pasteur américain Andrew Brunson demandant la levée de son assignation à résidence et de son interdiction de quitter le territoire, ont rapporté les médias.
Selon l'agence de presse étatique Anadolu, un tribunal d'Izmir (ouest) a rejeté mercredi le recours qui avait été déposé par le pasteur, précisant toutefois qu'une autre cour allait examiner sa requête.
L'avocat turc du pasteur, Cem Halavurt, a confirmé à l'AFP qu'un autre tribunal d'Izmir allait étudier la demande de son client.
Andrew Brunson, originaire de Caroline du Nord, a été arrêté en octobre 2016 par les autorités turques qui l'accusent d'espionnage et d'activités "terroristes".
Après plus d'un an et demi de détention préventive, il a été placé en juillet en résidence surveillée, en dépit des appels répétés du président américain Donald Trump à le libérer et le renvoyer aux Etats-Unis.

Jeudi 16 Août 2018

Lu 414 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS