Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nasser Bourita : Le Maroc demeure attaché à une solution consensuelle en Libye

Le Royaume réitère sa disposition à accompagner Tripoli dans son chantier de reconstruction




 Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a souligné mardi à Palerme (Italie), l'attachement du Maroc à une solution politique, consensuelle et durable, qui permette à la Libye de retrouver sa stabilité, dans le cadre de son unité indivisible, de sa souveraineté irréfragable et son intégrité territoriale pleine et entière.
Intervenant lors de la Conférence internationale sur la Libye, organisée par le gouvernement italien, le ministre a renouvelé la disponibilité du Maroc à mettre toute son expertise pour accompagner la Libye dans le vaste chantier d'édification institutionnelle, de restructuration administrative et de reconstruction du pays.
Il a exprimé, à ce propos, les remerciements de S.M le Roi Mohammed VI au gouvernement italien pour cette initiative importante, formant le vœu que cette réunion puisse renouer avec l'esprit de consensus qui a prévalu à Skhirat. Le ministre a souligné, dans ce sens, que le Souverain suit avec la plus grande attention aussi bien la situation en Libye que le sommet.
II a, par ailleurs, relevé que la Libye a besoin d'actions concrètes, coordonnées et concomitantes, notant que «l'adoption d'une Constitution et d'une architecture institutionnelle qui correspond aux choix démocratiques du peuple est impérieuse».
« C'est une responsabilité libyenne. La communauté internationale peut au mieux soutenir, accompagner, mais certainement pas s'ingérer dans un processus, expression suprême d'une souveraineté légitime», a-t-il poursuivi.
Nasser Bourita a indiqué, de même, que la tenue de la Conférence nationale annoncée par le représentant spécial du Secrétaire général est une opportunité pour fédérer les Libyens sans exclusive et consolider le processus politique.
La consolidation du cadre sécuritaire dans la capitale Tripoli et son élargissement à l'ensemble du territoire libyen, le rôle du ministère de l'Intérieur libyen pour le renforcement des capacités de la police nationale afin qu'elle puisse assumer ses responsabilités dans la protection de l'ordre public et la mise à niveau de structures militaires unifiées constituent la pierre angulaire pour la stabilisation du pays ouvrant ainsi la voie à la réconciliation nationale, a-t-il soutenu.
Le segment économique, a dit le ministre, a également son importance compte tenu de son impact sur le vécu quotidien du citoyen et du fait qu'il permettra une répartition équitable de la richesse en luttant notamment contre la gabegie et les velléités de monopole que certaines parties libyennes affichent.
Le ministre a relevé, en outre, que cette réunion tombe à point nommé pour rappeler que le statut quo n'est pas une option, que les déchirements fratricides que traverse la Libye ne sont pas une fatalité et que le prolongement du conflit dans ce pays frère n'est pas une raison pour s'en accommoder, bien au contraire, c'est une motivation renouvelée pour redoubler d'efforts.
«La crise libyenne ne peut être transformée en un Sisyphe des temps modernes. Revenir sans cesse à la case de départ ne fait qu'aggraver les conflits entre les composantes du paysage libyen et augmenter les amertumes vécues par le peuple libyen frère», a-t-il estimé.
Le ministre a plaidé, dans ce sens, «à faire renaître l'esprit de Skhirat lorsque la communauté internationale dans une parfaite cohésion a su accompagner les progrès du dialogue inter-libyen».
Nasser Bourita, qui a représenté S.M le Roi Mohammed VI à cette conférence, a conduit la délégation marocaine à cette conférence qui comprend notamment les ambassadeurs du Royaume en Italie et en Libye, respectivement Hassan Abouyoub et Mohamed Belaich, ainsi que la consule générale du Maroc à Palerme, Fatima Baroudi.
Cette conférence vise à unifier les positions des acteurs libyens et certains pays sur la crise dans le pays, en permettant ainsi d'ouvrir la voie à des élections et mettre en place les infrastructures de base nécessaires, outre la formation d'une police nationale.

Jeudi 15 Novembre 2018

Lu 482 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés