Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mustapha Tossa : Le soutien de Madrid au plan d'autonomie souligne l’isolement algérien jamais atteint


Libé
Lundi 28 Mars 2022

La nouvelle position de l’Espagne reconnaissant que le plan d’autonomie proposé par le Maroc est la base la plus sérieuse, réaliste et crédible pour résoudre le différend sur le Sahara marocain "met en exergue un degré d’isolement et de solitude algérienne jamais atteint", affirme le politologue Mustapha Tossa. “Parrain entêté des séparatistes du Polisario, Alger continue de naviguer à contre-courant de l’histoire, de la géographie et de la diplomatie mondiale”, souligne-t-il dans une analyse publiée sur le site Atlasinfo. Selon M. Tossa, le soutien de l’Algérie aux milices séparatistes n’a d’autres objectifs que d’affaiblir le Maroc et d’entretenir un état de tension dans la région. '’Le régime algérien ne sait plus où donner de la tête, plongé qu’il est dans une contradiction d’attitudes et de postures’’, note le politologue, ajoutant que d’un côté, il prêche dans tous les forums internationaux qu’il n’est pas partie prenante dans ce dossier, de l’autre, il convoque en urgence son ambassadeur à Madrid après la lettre de soutien à la souveraineté du Maroc sur le Sahara, adressée par le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez à SM le Roi Mohammed VI. L’effet boule de neige sur la scène européenne qui a suivi le tournant espagnol a souligné la grande solitude algérienne, avec de nombreux pays qui ont confirmé leur soutien et leur adhésion à l’option de l’autonomie proposée par le Maroc, fait-il observer. Après les États-Unis, le monde arabe, les Nations-Unies, les pays de l’Union européenne valident la démarche marocaine, avec pour effet immédiat : Le régime algérien, qui s’est longtemps dissimulé derrière de fallacieux prétextes pour ne pas assumer ses responsabilités, s’est retrouvé dans la posture d’un lapin pris au piège, renchérit-il. “Aujourd’hui, même si sur le plan politique et diplomatique, Alger reconnaît avoir perdu comme le laissent entendre ses longs silences et ses réactions épidermiques à travers la convocation de son ambassadeur à Madrid, ses médias s’enferment lourdement dans une logique autiste. Ce refus de voir les réalités en face s’accompagne d’une volonté de continuer à entretenir chimères et mensonges”, souligne-t-il, faisant remarquer que la solitude du régime algérien se voit aussi dans son incapacité chronique à organiser le sommet de la Ligue arabe. ‘’Prévu en principe le 1-er novembre prochain dans l’idée de le coupler avec un événement national, ce sommet n’est toujours pas assuré d’avoir lieu à Alger. Tant la méfiance des pays arabes est vive à l’égard d’un régime algérien aux humeurs changeantes et à l’instabilité chronique’’, ajoute-il. Ces humeurs changeantes ont sans aucun doute été à l’origine de la perte du crédit auprès des autorités espagnoles quand elles ont constaté avec quelle légèreté ce régime a géré une affaire aussi vitale et aussi structurante pour la paix dans la région que le commerce et la distribution du gaz, relève M. Tossa, pointant une inquiétude grandissante qui s’installe dans les esprits. Et si ce régime algérien, coincé de toutes parts, ne réagit pas avec l’intelligence que la situation exige, peut-être faut-il craindre des provocations de sa part pour tenter de rabattre les cartes et brouiller les nouvelles alliances?, s’interroge le politologue, évoquant à cet égard des provocations directes ou sous-traitées aux milices armées de Polisario. “Cette angoisse est largement partagée par de nombreux cercles de réflexion qui voient la fuite en avant militaire de ce régime comme une évidence inévitable à venir. Elle reflète son incapacité à changer son dogme fondateur, celui d’être un facteur permanent de division et d’instabilité, mu par une volonté de puissance et de domination largement fantasmée”, résume-t-il. Plus que jamais et parce que la plus haute des solitudes que vivent les autorités algériens peut provoquer des dérapages incontrôlés, les alliés européens, américains et arabes, tous inquiets de ses possibles évolutions, doivent lui tenir un discours de vérité sur ses perceptions des nouveaux rapports de force sous peine de vivre en marge de la communauté internationale, conclut M. Tossa.


Lu 1276 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p