Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Mohamed Bentalha : La persévérance, la patience et la détermination, indispensables pour réaliser ses objectifs




Le 11ème Prix international de poésie Argana (2016) a été décerné, jeudi à la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc à Rabat, au poète marocain Mohamed Bentalha. Dans une allocution de circonstance, M. Bentalha a mis en avant l'importance de "la persévérance, la patience et la détermination" pour réaliser les objectifs escomptés, estimant que "le talent seul ne suffit pas" et que "la construction part de la base et du local, non de la surface". Bentalha a essayé, dans un texte intitulé "Des bougies sur l'eau", d'aborder autrement la poésie, pratique à laquelle il s'est adonné depuis les années 1970, faisant part de sa fierté de ce prix décerné par la Maison de la poésie au Maroc depuis 2003 et sa reconnaissance à cette "manifestation somptueuse marquée par l’assistance de symboles ayant dessiné la carte de la culture, de la politique et de la société civile au Maroc". Le jury, qui a décidé de décerner le prix Argana à Bentalha, était constitué des poètes Mohamed Achaâri (président), Rachid El Moumni, Hassan Najmi et Najib Kheddari, outre les critiques Abderrahman Tenkoul et Khalid Belkacem (membres). Dans son rapport, le jury a estimé que "l'expérience poétique de Mohamed Bentalha se base sur l'interaction créatrice avec la poésie arabe, mais aussi avec celles mondiales, et a su se tailler une place de choix portant l'empreinte du poète caractérisée par la construction d'une vision poétique complexe, une tendance permanente à découvrir de nouvelles formes, et une consécration esthétique de la langue arabe".
Le poète Mohamed Achaâri a indiqué que la célébration de l'expérience de Mohamed Bentalha, qui a fait la plus rapide unanimité de l’histoire du jury, est méritée et constitue une "victoire pour une valeur esthétique exceptionnelle, et une lueur d’espoir face à ceux qui veulent faire du pessimisme une partie de notre identité". Quant à Mohamed Amine Sbihi, ministre de la Culture, il a relevé que le "Prix international de poésie Argana continue de consacrer son statut symbolique comme l'un des prix les plus prestigieux au Maroc, ce qui en fait un acquis de la culture marocaine ouverte aux autres cultures". Et M. Sbihi d’ajouter qu’en récompensant Mohamed Bentalha, en reconnaissance à sa créativité innovante, le prix veut mettre l'accent sur les nouveautés dont regorgent la poésie marocaine et arabe, et continue de souligner la question du renouvellement dans la poésie marocaine.

Samedi 4 Février 2017

Lu 1271 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.