Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Migration: Focus à Ottawa sur l'impact de la mobilité Maroc-Canada


Libé
Jeudi 19 Octobre 2023

Migration: Focus à Ottawa sur l'impact de la mobilité Maroc-Canada
L’ impact de la mobilité entre le Maroc et le Canada a été au centre d’une table-ronde organisée, mercredi à Ottawa, avec la participation de diplomates, d'universitaires et d'experts en questions migratoires. Initiée par l’ambassade du Maroc au Canada et l’Institut Métropolis, cette rencontre a braqué les projecteurs sur la thématique migratoire qui concerne le Canada et le Maroc. Placée sous le thème "Comment dire et mesurer l’impact de la mobilité MarocCanada ?", la réunion a été articulée autour de deux sessions, la première traitant de la mise en contexte de la question migratoire et la seconde a pris la forme d’une contextualisation et d’une discussion sur des questions de narratifs et de mesures d’impact, selon un communiqué de l’ambassade du Maroc. Intervenant à l’ouverture de cet événement qui a eu lieu au siège de la Chancellerie à Ottawa, l’ambassadrice du Maroc au Canada, Souriya Otmani, a rappelé que “le Royaume, qui fut jadis une terre d’émission de migrants pour ses citoyens et de transit pour ceux de l’Afrique subsaharienne, est aujourd’hui devenu également une terre d’accueil et de destination finale pour un nombre croissant de personnes désireuses de s’y installer”. Concernant la diaspora marocaine, la diplomate a rappelé la Très haute et constante sollicitude dont Sa Majesté le Roi Mohammed VI entoure les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger. Elle a, dans ce cadre, cité un extrait du discours Royal du 20 août 2022 dans lequel le Souverain indique que “les Marocains du monde représentent un cas d’exception, si l’on considère la force du lien qui les unit indéfectiblement à leur patrie, leur attachement à ses symboles sacrés et leur engagement déterminé à défendre ses intérêts supérieurs, quels que puissent être les problèmes et les difficultés qu’ils affrontent". Citée dans le communiqué, l’ambassadrice a également affirmé que les représentations diplomatiques et consulaires marocaines dans le monde “investissent et s’investissent dans la connaissance, la plus exhaustive possible, de la situation de nos compatriotes à l’étranger”. “Le Maroc déploie d’immenses efforts pour maintenir les attaches des Marocains du monde avec leur patrie d’origine, pour garantir la pérennité des liens des générations de Marocains nés à l’étranger avec leur pays et pour offrir les meilleures conditions d’investissement au Maroc”, a-t-elle indiqué, rappelant que SM le Roi a, à maintes fois, appelé les compétences marocaines du monde à mettre leurs talents, leur expertise et leur savoir-faire au service du développement socio-économique du Maroc. Durant les sessions de la table-ronde, plusieurs académiciens et représentants de la société civile ont exposé leur vision du phénomène migratoire, pris sous des angles différents, ajoute-t-on de même source. Dans ce cadre, le Consul général du Maroc à Toronto, Rachid Zein, a livré des statistiques sur l’âge, le statut professionnel et les flux des Marocains, de confession musulmane et juive, du Canada, insistant en outre sur leurs principaux traits de caractère communautaire, en l’occurrence leur esprit solidaire, leur ancrage à la paix, au vivre ensemble, et à la tolérance dont ils font preuve dans leurs relations avec leur entourage. Pour sa part, le président de l'institut Métropolis, Jack Jedwab, a relevé qu’au sein de la communauté marocaine au Québec, la part des personnes nées au Maroc était plus importante lors de la première décade que durant la seconde. De son côté, la directrice du Centre culturel marocain à Montréal, Houda Zemmouri, a indiqué que la communauté marocaine apporte sa contribution culturelle et participe à l’instauration des pratiques du vivre-ensemble, notant que “cela ne peut tout de même éviter certains travers communautaires ou linguistiques, comme l’usage de mots liés à l’immigration et leur implication qui peut être porteuse de tort”. Selon le communiqué, il ressort de l’avis de l’ensemble des intervenants que l’aspect auquel il importe de veiller dans le phénomène migratoire est celui de la fuite des cerveaux que ces migrations entraînent, au préjudice des pays de départ. Ils ont estimé que les politiques publiques menées sur cette question dans chacun des deux pays doivent être conçues dans un cadre de bénéfice mutuel.


Lu 545 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 24 Février 2024 - 13:28 En avant toute !

Samedi 24 Février 2024 - 08:47 Femmes et avenir du socialisme

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p