Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Michel Vauzelle : C'est la République qui détruira le terrorisme


Le Maroc et le Maghreb constituent un lien direct entre la France et l’Afrique, qui vit une période de crise.



Michel Vauzelle est ex ministre de la Justice sous Mitterrand, député et président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur

Libé : Votre réaction après les attentats douloureux de Paris de  vendredi  dernier?
Michel Vauzelle : La résistance est le mot d’ordre de l’action appelée de ses vœux par le Président de la République. François Hollande a été à la hauteur de l’immense tragédie qui endeuille notre Nation.
D’abord sur le territoire de la République, la priorité est de renforcer la sécurité de nos concitoyens en donnant davantage de moyens aux forces de sécurité. Mais cette action ne sera efficace qu’à la condition de mener le combat à l’extérieur, au Proche et au Moyen-Orient, ainsi qu’au Sud dee nos voisins du Maghreb, au Sahel. nos voisins du Maghreb au Sahel.
A Versailles, là où les Etats généraux se sont proclamés Assemblée nationale, le Congrès du Parlement a salué debout un programme d’actions digne de la France. Je n’oublierai jamais l’honneur que j’ai eu de chanter La Marseillaise avec toute la représentation nationale. C’était de notre devoir devant la douleur des familles mais aussi devant le courage de nos soldats et le dévouement des forces de l’ordre comme de tous ceux, médecins, pompiers et bénévoles qui donnent une si belle image de la fraternité républicaine.
Le terrorisme ne détruira pas la République. C’est la République qui détruira le terrorisme.

A l’occasion de l’ouverture de la semaine économique de la Méditerranée à Marseille, vous avez choisi de parler des préoccupations du monde pour la Méditerranée. Après vos entretiens avec le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, vous avez dit que la région était devenue le centre des préoccupations du monde entier. Comment l’entendez-vous ?
Le Secrétaire général avec qui j’ai eu de longues discussions, cette semaine, place la région de la Méditerranée au premier rang des préoccupations des Nations unies. L’important c’est que la majorité des peuples souhaitent la paix. Cette paix dans le monde dépend de la paix en Méditerranée, c’est très rassurant. Quand je suis allé  à Washington, j’ai  rencontré des responsables américains qui  avaient  la même préoccupation, même si la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient est compliquée à comprendre.

La Méditerranée est aujourd’hui au centre de tous les conflits dans notre région, la crise des réfugiés syriens dont le nombre dépasse 800.000 en Europe, la guerre en Syrie, en Libye, en Palestine,  au Liban. Quel commentaire en faites-vous ?
Quand le Secrétaire général des Nations unies évoque la paix dans le monde,  il parle de tous ces problèmes qui concernent  la Méditerranée sur  différents territoires, en Palestine, Liban, Syrie et en  Libye, entre autres. Cette préoccupation est partout. C’est important de savoir que de nombreux  pays s’intéressent à ce que fait la France dans la région pour la paix.

La France pourra-t-elle seule   jouer  ce rôle dans cette  région aux  crises multiples et complexes ?
La France n’est pas le leader de tous les pays de la Méditerranée. D’autres pays ont leur rôle à jouer. L’Algérie a un rôle à jouer, le Maroc aussi, comme je l’ai dit à la conférence aujourd’hui à Marseille,  le Roi est très actif sur les questions de la région. La Tunisie est amenée aussi à jouer un rôle avec les changements qu’elle  connaît. La France doit faire partie de cette famille méditerranéenne et relayer ce que les gens ne comprennent pas très bien.  Nous sommes une communauté de destins, nous ne ferons pas le bonheur de l’Europe sans faire celui de la Méditerranée. Tout le monde est sur le même chemin.

Les relations franco-marocaines ont retrouvé leur rythme habituel de proximité après la visite de François Hollande à Tanger, que vous avez accompagné.
Nos relations sont fortes et étroites comme le montre la manière dont Sa Majesté le Roi Mohammed VI nous a reçus chez lui dans son Palais, entouré de toute sa famille. Son épouse était présente, le Prince Héritier et le frère du Roi également. Le message est passé,  le Maroc et le Maghreb sont un lien direct entre la France et l’Afrique, notamment l’Afrique francophone qui vit une  période de crise avec ce qui se passe au Sahel. C’est donc très important qu’il y ait cette amitié avec le Maroc.

Les relations au niveau local entre la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, que vous présidez,  et la région de Tanger évoluent-elles  au même rythme que les relations entre Paris et Rabat ?
Ces relations sont excellentes. Avant la fin de mon mandat de président de la région PACA, je vais aller à Tanger pour rencontrer les nouvelles autorités de Tanger, le maire, le wali et le nouveau président de la région pour mettre à jour nos relations bilatérales.

Entretien réalisé à Marseille par Youssef Lahlali
Lundi 23 Novembre 2015

Lu 806 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés