Libération






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Menacé par le Covid-19, le monde du spectacle manifeste à Londres


Libé
Jeudi 1 Octobre 2020

Armés de perruques vertes, costumes à paillettes ou d'extravagants chapeaux, des dizaines de clowns, pantomimes et comédiens ont défilé mercredi dans le centre de Londres pour alerter sur la situation du secteur culturel, très touché par la pandémie.

"Je suis ici aujourd'hui pour mettre en lumière l'état dans lequel se trouve notre secteur. Il est à genoux", a expliqué à l'AFP Matthew Baldwin, sous son maquillage rose et ses bigoudis. "Il n'y a pas que les pantomimes", ajoute l'artiste au sujet de ces spectacles originaires d'Angleterre et très populaires à Noël: des "milliers" de personnes "dans tout le pays ont besoin de travail, et pas seulement des gens sur scène, mais aussi en coulisses".

Obligés de fermer pendant le confinement, les théâtres et institutions culturelles en général ont été durement touchés au portefeuille par la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 42.000 morts au RoyaumeUni, pays le plus endeuillé d'Europe. Certaines ont depuis rouvert mais beaucoup ont renoncé face aux contraintes sanitaires restant en place, limitant fortement la présence du public. La manifestation réclamait entre autres un calendrier de retour complet des spectateurs. Sans saison des fameuses pantomimes de Noël, les théâtres perdront jusqu'à 40% de leurs revenus annuels, a averti Paul Flemming, secrétaire général du syndicat Equity, mettant en garde contre le risque d'"effondrement d'un secteur qui génère des milliards de livres pour l'économie".

Début juillet, le gouvernement a promis au secteur une aide inédite de 1,57 milliard de livres (1,74 milliard d'euros), saluée comme vitale, mais pas suffisante. Pour y remédier, des initiatives privées émergent. 

La philanthrope Vivien Duffield a ainsi annoncé mercredi débloquer des fonds pour "remettre sur pied" musées, théâtre et autres lieux culturels, espérant impulser un mouvement. Via sa fondation, elle va verser 2,5 millions de livres (2,75 millions d'euros) à de grandes institutions londoniennes (Tate Modern, British Museum, musée V&A), mais aussi d'autres régions, comme la Royal Shakespeare Compagny à Stratford-upon-Avon, le château de Hillsborough à Belfast ou encore le Musée de Liverpool.

Avec cette initiative, elle espère "susciter des pistes en cette période sombre", a-t-elle expliqué à la presse. Tom Morris, directeur artistique du théâtre Old Vic de Bristol, a salué une dotation qui va "non seulement financer notre activité, mais aussi envoyer un message puissant à tous ceux qui réfléchissent à investir dans la culture en ce moment".


Lu 560 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS