Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Médicaments bio-similaires ou le va-t’en guerre de l’Association Ensemble contre le lymphome

Des centaines de patients se retrouvent dans l’obligation d’acheter des traitements au prix fort




Médicaments bio-similaires ou le va-t’en guerre de l’Association Ensemble contre le lymphome
C’est par le biais d’un communiqué de presse que l’Association Ensemble contre le lymphome (ECL) s’est élevée contre une situation qu’elle estime injuste envers les personnes atteintes de cancer.  En effet, elle juge inacceptable que des patients aient encore attendre que leurs médicaments bio-similaires leur soient remboursés par les principales parties concernées, à savoir les mutuelles et autres structures en charge.
Le Maroc à ce titre s’était ouvert il y a un peu plus d’une année aux médicaments bio-similaires, permettant ainsi à des patients de prétendre à des traitements anti-cancer de 30% moins chers que ceux vendus jusque-là au niveau national. Ces nouveaux traitements avaient été bien accueillis par les autorités car répondant à tous les critères et toutes les normes en vigueur. Ils avaient, en outre, reçu leur AMM (Autorisation de mise sur le marché) en 2017. Ils ont été publiés dans le Bulletin Officiel en 2018 et ont été annoncés sur le site de l’ANAM (l’Agence nationale de l’assurance maladie) en tant que médicaments «remboursables».
Cette situation pose un grand problème à des centaines de patients qui se retrouvent dans l’obligation d’acheter des traitements au prix fort alors qu’ils peuvent épargner le tiers du coût en optant pour des médicaments bio-similaires, tout aussi efficaces et beaucoup moins chers. C’est navrant d’autant plus qu’il s’agit d’un traitement contre le cancer, en faveur de  personnes issues de milieux défavorisés qui vivent un enfer à cause de cette lenteur de procédure ou laxisme ou du moins d’un manque de volonté de bien interpréter ou d’appliquer des règlements pourtant édictés par le gouvernement, selon l’ECL.
Devant cette situation intenable pour beaucoup de patients, l’Association en appelle à ce que cesse donc cette marginalisation. Les responsables se doivent de reconnaître cette criante méprise à l’égard de cette maladie. L’ECL rappelle que des vies dépendent de ses traitements. Il est inconcevable qu’au Maroc du 21ème siècle, des patients soient obligés de mendier l’argent d’un traitement car trop cher, alors qu’ils peuvent se procurer un autre, reconnu par toutes les instances de santé et beaucoup plus accessible, poursuit l’association.
Pour rappel, l’ensemble contre le lymphome a été créée le 12 juillet 2016 à Marrakech sous l’impulsion du Professeur Mahmal hématologue oncologue, du Dr Jamal El Ahmadi et d’un malade du lymphome en voie de guérison Abdellah El Bouhairi. Ce dernier fut rejoint par d’autres malades soucieux d’agir après de longues et douloureuses épreuves pour combattre cette maladie, en l’occurrence M’Hammed Touzani et Abdellah Abounadi.
Tout ce beau monde a été soutenu dans la création de l’association par une autre association française celle-là, à savoir l’Association Lymphome Espoir.
L’ECL a pour objectifs  de mettre en œuvre toute action contribuant à aider les personnes atteintes d’un lymphome à organiser des campagnes de sensibilisation sur cette maladie auprès du public et des médecins généralistes. Ladite association vise également à faciliter le partage d’expériences entre les malades, leurs familles et le corps médical. Sans oublier ses efforts pour apporter le soutien moral et matériel aux malades pendant leur séjour à l’hôpital et durant leur traitement et améliorer leurs conditions de prise en charge.

H.T
Mardi 19 Juin 2018

Lu 666 fois


1.Posté par Bernadette El Bouhairi le 23/06/2018 20:19 (depuis mobile)
Les membres de l''association Ensemble contre le lymphome ne sont pas des "va-t-en guerre".
Nos communiquants , jeunes bénévoles ont peut être un peu exagéré le trait pour faire passer le message mais les choses vont rentrer dans l''ordre.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés