Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marrakech s’apprête à accueillir la Biennale de la danse en Afrique




Marrakech s’apprête à accueillir la Biennale de la danse en Afrique
La ville de Marrakech accueillera du 20 au 28 mars prochain, la Biennale de la danse en Afrique 2020, prévue dans le cadre de la 15ème édition du Festival de danse contemporaine "On marche".
La Triennale de danse, manifestation panafricaine emblématique depuis 1997 et dont la dernière édition s’est tenue à Ouagadougou (Burkina Faso) en 2016, devient ainsi une Biennale et choisit de faire escale à Marrakech pour l’édition 2020, expliquent les organisateurs dans un communiqué. Et de poursuivre que cette Biennale de la danse en Afrique, pilotée par Taoufiq Izeddiou, directeur artistique du Festival "On marche", compte se démarquer de sa version initiale aussi bien par sa programmation, son orientation artistique, sa stratégie de développement que par son organisation.
Ainsi et pour assurer plein succès à cette manifestation artistique et culturelle, les organisateurs ont mis en place un comité artistique composé de noms reconnus dans le monde de la danse africaine, issus de plusieurs pays rassemblés, tous, par la volonté de développer la danse contemporaine en Afrique.
Aux côtés de Taoufiq Izeddiou et de Nedjma Hadj Benchelabi (Algérie) en charge de la coordination de ces deux rendez-vous riches en couleurs, le comité artistique de la Biennale 2020 est composé de 8 membres issus de 7 pays d’Afrique.
Il s’agit d’Alioune Diagne (Sénégal), Faustin Linyekula et Virginie Dupray de la République Démocratique du Congo (RDC), Gregory Maqoma (Afrique du Sud), Hafiz Dhaou (Tunisie), Qudus Onikeku (Nigeria), Quito Tembe (Mozambique) et Salia Sanou (Burkina Faso).
La Biennale de danse en Afrique donnera le ton de sa nouvelle vision en proposant une programmation riche et variée, qui puise sa force dans les racines de la danse africaine, avec des hommages, des créations de grands noms de la danse, des projections de films retraçant l’histoire des danses en Afrique, outre des interactions avec le grand public via des performances artistiques dans les espaces publics, et des conférences entre autres. La programmation déploiera ses branches vers l’avenir en mettant en lumière également les créations de 20 jeunes chorégraphes émergents à travers le volet Génération 2020. La Biennale offrira, en outre, une plateforme quotidienne privilégiée aux créations chorégraphiques marocaines.
Lors de cette nouvelle édition, les mordus de l'art seront au rendez-vous avec une programmation qui promet d’être éclectique, organique, généreuse et authentique, à l’image du continent africain auquel un hommage sera rendu. 

Vendredi 31 Janvier 2020

Lu 568 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif