Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Marchons contre Alzheimer !

100 km pour une prise de conscience




Marchons contre Alzheimer !
Elle court, elle court la maladie...d’Alzheimer. Et pour la contrer, l’Association marocaine d’Alzheimer et maladies apparentées (AMAMA) organise du 20 au 23 septembre la marche de la mémoire. Une grande première au Maroc. 100 km à parcourir à pied de Casablanca à Rabat. Une manière de faire sortir cette maladie de l’oubli et d’attirer l’attention sur la situation des malades qui en sont atteints et de leurs aidants familiaux. Rendez-vous a  donc été pris le vendredi pour un coup d’envoi de l’opération à partir de Bab Marrakech et l’aventure s’achèvera en arrivant lundi 23 au ministère de la Santé. «La marche  est un événement qui se veut historique, de par la distance parcourue et le nombre de participants attendus», apprend-on à l’AMAMA
Une initiative fort louable du reste afin que les politiques prennent conscience de la gravité de la situation. Le tableau est en fait assez sombre. Point de statistique officielle sur les personnes malades au Maroc, inexistence d’un traitement curatif, manque de communication, manque criant des dispositifs d’accueil et d’accompagnement. Pire encore, la stigmatisation des malades incompris mal jugés est à déplorer sans parler des aidants familiaux qui, à coup de sacrifices, en oublient leur propre vie.  Devant l’absence d’une infrastructure adéquate que deviennent les quelque100.000 personnes atteintes de cette maladie ? Et encore, il s’agit juste d’une estimation qui devrait être revue à la hausse vu que, de l’avis d’experts marocains, bon nombre de familles cachent l’existence de la maladie pour éviter le regard des autres.   Ce chiffre atteindra 524.000 en 2050, toujours selon les estimations. Une réalité qui incite à réfléchir et à se poser des questions quant à la  progression de la maladie. Des appréhensions fondées car  au Maroc seules les associations, les  familles et quelques professionnels médicaux  se battent quotidiennement pour permettre  aux patients de garder leur dignité. En effet, actuellement il n’existe aucune structure spécialisée (clinique, hôpital, …) pour l’accompagnement des personnes âgées  atteintes de la maladie d’Alzheimer et autres démences apparentées. Les hôpitaux universitaires essayent de prendre en charge les patients  mais le manque crucial de moyens et surtout la méconnaissance de la maladie ne permettent pas un accompagnement digne de ce nom.
Quant à la prise en charge médicamenteuse, l’accès y est très restreint car le coût d’un traitement mensuel s’élève minimum à 1.200 DH par mois juste pour ralentir le processus d’une maladie incurable. Des dépenses qui impactent lourdement le budget du malade voire de sa famille. Un plus est à prévoir en termes de frais générés par le recours à une personne pour assister le malade du fait que ce dernier perd son autonomie.   
Sortir de l’oubli
Comme bon nombre d’autres maladies, Alzheimer doit son nom à celui qui l’a découverte, Aloïs Alzheimer, et fut décrite pour la première fois en 1906.Elle est provoquée par une destruction progressive de cellules du cerveau, ce qui entraîne un lent déclin des facultés mentales. Des pans entiers de cellules nerveuses perdent peu à peu leur capacité de fonctionner et finissent par se nécroser. Parallèlement, les matières vivantes qui permettent l’échange d’informations entre les cellules cérébrales se dégradent. On ne sait pas encore pourquoi ni comment ces changements pathologiques se déclenchent.
La dégénérescence se produit dans des zones cérébrales qui contrôlent des fonctions mentales importantes comme la mémoire, le langage, la capacité de planification, la mobilité, ainsi que l’orientation dans l’espace. Plus le temps passe, plus les symptômes de la maladie s’accentuent et de nouveaux signes apparaissent. Il faut retenir que la maladie d’Alzheimer provoque un oubli des souvenirs récents pour petit à petit ramener la personne à son passé le plus ancien. Au fil du temps, la personne devient  totalement dépendante, elle ne peut  manger seule, ne peut aller aux toilettes, ne s’exprime plus… c’est l’oubli de soi qui caractérise la maladie. L’épouse, l’époux, un enfant  deviennent totalement inconnus pour le malade.
En somme, la maladie d’Alzheimer est un drame humain qui ne brise pas le seul destin de la  personne atteinte mais entraîne dans son sillage tout son entourage.

Nezha Mounir
Samedi 21 Septembre 2013

Lu 866 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif