Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Loubaba Laalej expose ses “Emergences fantastiques” à Essaouira





Loubaba Laalej expose ses “Emergences fantastiques” à Essaouira
Le Centre culturel de Dar Souri à Mogador a récemment abrité le vernissage de l’exposition «Emergences fantastiques» de l’artiste peintre Loubaba Laalej. Un évènement artistique qui s’inscrit dans le cadre d’un programme culturel initié par l’Association Essaouira-Mogador. Critiques d’art, artistes peintres, chercheurs, journalistes, écrivains, et acteurs associatifs étaient  présents pour célébrer d’un langage multiple l’expérience picturale de Loubaba Laalej.
Pour Abdellah Cheikh, chercheur et critique d’art, le langage pictural de Loubaba puise sa force et sa liberté dans les couleurs et le graphique. «Les toiles de Loubaba, dit-il, sont traversées par un imaginaire qui hante chacun de nous, des figures féminines déformées symbolisant des esprits brisés, et un mouvement inlassable de voyage qui défit toutes frontières pour se lancer dans une expression instinctive et libre».
Mohammed Chouika, écrivain et chercheur, s’est intéressé au travail artistique de Loubaba d’un angle psycho-social. Pour lui, «le pinceau de l’artiste peintre se lance à la conquête des inédits de l’esprit de chacun de nous, ses hantises, ses facettes sombres. Il les représente sous des formes brisées et défigurées et toujours axées sur la présence féminine, sujet d’un mouvement permanent traversant des univers distincts».
Pour Ayoub Akil, journaliste et écrivain, «l’univers unique de l’artiste peintre Loubaba Laalej, tantôt poétique, tantôt teinté de magie, ne vous laissera pas de marbre. Sa peinture se situe au cœur de l’hyperréalisme fantastique. Elle s’inscrit dans la longue lignée des peintres qui, depuis le Moyen Age, nous ouvrent les portes des mondes improbables».
Ahmed Harrouz, artiste peintre, s’est, quant à lui, félicité de l’activité qui célèbre l’art et les artistes. Un carrefour qui rend à la culture son statut légitime au sein de la société.
Essaouira, d’après Loubaba, est un carrefour des cultures et des civilisations, ville historique des marins et des pêcheurs. C’est la ville des artistes par excellence. Cette ville cosmopolite est symbolisée par le faucon d’Eléonore qui a migré de son île pour nous rappeler que les frontières sont une notion humaine.

Abdelali Khallad
Vendredi 19 Octobre 2018

Lu 792 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Avril 2021 - 04:28 Bientôt une suite du film Downton Abbey