Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Levée de boucliers des ONG contre le communiqué de la rapporteuse spéciale sur le Sahara


Des ONG basées à Genève, et dotées du statut consultatif auprès du Conseil économique et social (ECOSOC ), ont fustigé les allégations contenues dans le communiqué de la rapporteuse spéciale sur les défenseurs des droits de l'homme au sujet de la situation au Sahara marocain, soulignant que ce communiqué est politisé, non fiable et manque d'objectivité et de professionnalisme. Dans leurs communiqués, ces ONG reprochent, entre autres, à la rapporteuse d’avoir reproduit dans son texte des éléments de la propagande desséparatistes, et de faire la sourde oreille aux plaintes et doléances des nombreuses victimes des violations des droits de l’homme dans les camps des séparatistes du Polisario à Tindouf, en territoire algérien. Dans un communiqué, l’ONG Promotion du développement économique et social (PEDES) a fait part de sa stupéfaction face au contenu de ce « communiqué qui, une fois de plus, comporte de fausses et infondées allégations ». L’ONG PDES a relevé dans ce sens que les personnes citées dans ledit communiqué ont fait l’objet de condamnations, par la justice marocaine, pour des faits criminels, y compris l’assassinat de représentants des forces de l’ordre. L’Organisation rappelle en outre que des observateurs internationaux, jouissant d’une grande notoriété, ont pu constater, de visu, le déroulement des différents procès et ont reconnu de façon évidente, intelligible et équitable le bien-fondé des procédures judiciaires ayant conduit aux condamnations. Le procès de Gdeim Izik, rappelle la même source, est intervenu dans un Etat de droit profondément renouvelé, à la fois par la Constitution de 2011, par des réformes fondamentales du Code de Procédure Pénale, et par l’affirmation constitutionnelle des droits de l’Homme avec la création d’un Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) et des commissions régionales (CRDH). Et de souligner que « les individus, auxquels fait référence le communiqué, ne peuvent guère être qualifiés de « militants politiques pacifiques », tout en proclamant leurs liens avec les milices armées d’un groupe séparatiste (Polisario), au vu et au su de tous ». L’ONG a appelé, par ailleurs, la rapporteuse spéciale à porter une attention particulière à la situation des défenseurs des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf et dont la responsabilité incombe totalement aux autorités algériennes qui les y maintiennent de force depuis près d’un demi siècle. Pour sa part, le Réseau Unité pour le développement de la Mauritanie a déploré les nombreuses données fausses contenues dans le communiqué sur la situation dans les provinces du sud. L’ONG a relevé que ces soi-disant défenseurs des droits de l'homme évoqués par la rapporteuse spéciale instrumentalisent la question des droits de l’Homme au service d’agendas politiques étrangers n’ayant aucun rapport avec les principes des droits de l'Homme. Ces pseudo- défenseurs des droits de l’homme dont les noms ont été mentionnés dans le communiqué sont partisans d'une organisation armée et non reconnue par les Nations Unies, fait observer la même source. L’ONG relève également que le communiqué de la rapporteuse spéciale contre le Maroc contient des préjugés qui ne reflètent pas la réalité et la situation des droits de l'homme dans le Royaume. L’organisation a tenu à rappeler l’interaction positive et constante de longue date du Maroc avec le système international des droits de l'Homme, mettant en avant les réformes et réalisations importantes accomplies au Maroc sur la voie de la consécration des droits de l’homme et la consolidation de l’édifice démocratique dans le Royaume. Elle a rappelé la ratification par le Maroc de nombreuses conventions internationales dans le domaine des droits de l’homme, soulignant le rôle important que jouent les institutions actives dans le domaine des droits de l’homme dans le Royaume, parmi lesquelles les Commissions régionales du Conseil national des droits de l'Homme à Laâyoune et Dakhla, dont les actions ont été saluées à maintes reprises par les Nations Unies.

Libé
Jeudi 8 Juillet 2021

Lu 460 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS