Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les secrétaires régionaux de l’USFP se félicitent de la qualité des débats ayant marqué leur rencontre avec le Premier secrétaire


Rachid Meftah
Mercredi 21 Septembre 2022

Il est déplorable que les conséquences de l’hégémonisme caractérisant l’ action de l’Exécutif s ’étendent aux douze régions gérées par la même majorité...

Les secrétaires régionaux de l’USFP se félicitent de la qualité des débats ayant marqué leur rencontre avec le Premier secrétaire
Coïncidant avec la rentrée politique et sociale, une rencontre cruciale réunissant le Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires aux secrétaires régionaux du parti, samedi 17 septembre à Casablanca.

Cette rencontre s’inscrit dans le contexte de la laborieuse dynamique organisationnelle à tous les niveaux des instances du parti, enclenchée depuis les assises du dernier Congrès national. Elle provient également de la conviction profonde et unanime de l’importance de l’action déployée par les secrétariats régionaux quant à l’ancrage des fondements du nouvel édifice organisationnel, à savoir l’écoute, la concertation et l’esprit participatif.

Par ailleurs, cette initiative traduit la prise de conscience constamment réitérée du rôle central des structures territoriales du parti dans l’entreprise de défense des droits des citoyens visant à asseoir une justice sociale et spatiale sur la base de l’équité et l’égalité. La réunion, qui a été sanctionné par un communiqué des secrétaires régionaux relatant la teneur des débats pertinents auxquels ont pris part tous les participants, a été notamment l’occasion de relever tous les dysfonctionnements pénalisant l’action des collectivités locales élues aussi bien au niveau des conseils régionaux qu’à ceux des conseils préfectoraux et provinciaux et des communes urbaines et rurales. Là-dessus, le communiqué des secrétaires régionaux indique qu’il fut procédé à l’évaluation de l’action des conseils régionaux, particulièrement depuis l’élargissement de leurs attributions et à la suit e de l’adoption de la constitution de 2011, étant le cadre référentiel et normatif de la mise en œuvre de la régionalisation en tant qu’option stratégique de la gestion locale des affaires publiques, consacrant la consolidation de la démocratie régionale et participative et ouvrant des perspectives d’un réel développement dans toutes ses dimensions. A cet égard, il a été constaté que contrairement à ce qu’on pouvait escompter, avec l’avènement du gouvernement actuel soutenu par les mêmes majorités dominant les régions que celles le composant, le bilan de l’action des conseils régionaux s’est révélé pour le moins décevant et frustrant pour la population. En effet, comme développé dans ledit communiqué, la gestion entreprise par ces conseils n’a pas seulement obstrué les opportunités de développement mais n’a nullement contribué à faciliter le passage escompté à la décentralisation et la déconcentration, ce qui retarde et entrave la mutation démocratique consistant à corriger les défaillances de la supposée démocratie représentative en intégrant une portée participative à même de poursuivre l’édification d’un «nouveau modèle démocratique » de développement « associant l’efficience à la représentativité et le participatif à la réussite de la réalisation ». D’autre part, l’on a relevé un recul manifeste de l’action de ces Conseils concernant les prestations sensées être présentées par leur soin à la population de même qu’en matière de mesures pouvant susciter l’attraction d’investissements à même d’aider à résorber le chômage. Et le bilan de la participation au renforcement des infrastructures sanitaires et éducatives n’en a pas été moins négatif. Quant aux rapports entre les composantes structurelles au sein desdits conseils élus, particulièrement les conseils régionaux, la réunion n’a pas manqué d’aborder la problématique de l’exclusion subie par les élus de l’opposition. Le communiqué des secrétaires régionaux de l’USFP a soulevé en outre que les majorités au gouvernail de la quasi-totalité des régions n’ont jamais investi leur affiliation à la majorité gouvernementale dans la préservation des intérêts des citoyens mais ont, bien au contraire, accentué les formes bureaucratiques, le népotisme et la tendance de l’attentisme anéantissant l’initiative et la créativité. Le Premier secrétaire du parti des forces populaires, en compagnie des secrétaires régionaux, a saisi cette occasion pour longuement aborder la problématique vitale de la rareté de l‘eau, consécutive de la baisse alarmante de la pluviométrie, ces dernières années mais aussi du fait des politiques successives suivies dans les domaines de l’agriculture, l’irrigation, l’équipement et l’énergie, marquées par l’improvisation hasardeuse et l’attentisme frustrant face au recul du volume de la nappe phréatique et du taux de remplissage des barrages en sus de la consécration de la sécheresse comme une donnée structurelle et non seulement comme un fait exceptionnel. A ce propos, l’on a conclu que le défi hydrique nécessite des interventions circonstancielles et stratégiques supposant la révision du plan de la génération verte en perspective d’adapter l’agriculture exportative à la donnée structurelle de la rareté de l’eau et d’activer avec célérité la mise en œuvre des projets programmés relatif au dessalement de l’eau de mer, au recyclage des eaux usées et à la mise en place de dispositions dissuasives et contraignantes à l’encontre de tous ceux dont le comportement occasionne la déperdition de cette matière vitale. Et de conclure en mettant l’accent sur la nécessité cruciale de considérer la crise hydrique comme une question prioritaire qui requiert une attention particulière de la part de toutes les politiques nationales, sectorielles et spatiales, de même que la prochaine loi des finances est dans l’obligation de réserver des ressources à la hauteur de l’enjeu hydrique A l’issue des travaux de cette réunion, le Premier secrétaire a exprimé sa fierté et sa satisfaction de l’action déployée par les secrétariats régionaux et appelé à davantage de « militantisme de proximité » de manière à maintenir les Ittihadies et Ittihadis au centre de toutes les batailles nationales et à la hauteur des enjeux présents et futurs, toujours mus par « le sens du patriotisme démocratique ouvert ». 


Lu 1867 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS