Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les recherches continuent après l’effondrement du viaduc à Gênes



Les secouristes continuaient vendredi à fouiller les décombres du viaduc autoroutier qui s'est effondré mardi à Gênes, alors que l'Italie se prépare à enterrer les 38 victimes de la catastrophe.
Les recherches ont momentanément été entravées par de la fumée s'élevant d'un brasier qui s'est déclaré parmi les blocs de béton et d'acier. Le feu, rapidement éteint, aurait été déclenché par une étincelle issue d'un matériel en métal coupant dans un entrepôt situé sous le pont en ruines.
Le bilan de l'effondrement du tronçon de 200 mètres de l'autoroute A10 qui passait sur le pont, précipitant dans le vide les véhicules d'une hauteur 50 mètres, reste à 38 morts, mais dix à 20 personnes sont toujours portées disparues selon les autorités.
Plus de 600 personnes ont dû quitter leur appartement sous les travées restantes du pont, pour éviter d'être prises dans un nouvel effondrement. Les bâtiments seront démolis pour des raisons de sécurité.
Les funérailles de la plupart des victimes doivent avoir lieu samedi matin au Centre des expositions de Gênes en présence du cardinal Angelo Bagnasco, du président de la République Sergio Mattarella et du président du Conseil Giuseppe Conte.
Certaines familles ont annoncé leur intention de boycotter l'événement et d'organiser elles-mêmes les funérailles de leurs proches, en signe de protestation contre ce qu'elles estiment être la négligence qui a provoqué l'effondrement du pont.
Le gouvernement a déclaré samedi journée de deuil national.
Les funérailles nationales seront retransmises en direct à la télévision. La RAI, la radio-télévision publique, a annoncé qu'elle ne diffuserait aucune publicité en signe de respect pour les victimes.
Le groupe italien Autostrade, concessionnaire de l'autoroute A10 qui relie Gênes à la frontière française, doit tenir une réunion extraordinaire de son conseil d'administration mardi prochain, a-t-on appris vendredi.
Sa maison mère, la société Atlantia, elle-même contrôlée par la famille Benetton, devrait pour sa part réunir son conseil d'administration mercredi.
Le ministère des Transports a donné 15 jours à Autostrade pour montrer qu'elle a rempli toutes ses obligations contractuelles. Le ministère a également dit vouloir que l'entreprise reconstruise le pont à ses frais.
En Bourse, Atlantia était en légère hausse vendredi. L'action a perdu plus de 20% depuis son cours à la veille du drame.
Par ailleurs, les secouristes qui fouillent les décombres du pont effondré à Gênes, dans le nord de l'Italie, cherchent encore 10 à 20 disparus, selon des médias italiens citant des sources à la préfecture.
Il s'agit de personnes susceptibles d'être passées sur le pont et qui ne donnent plus de nouvelles depuis l'effondrement, dont le bilan officiel provisoire est de 38 morts et 15 blessés.
Selon la préfecture, un millier de personnes sont toujours engagées sur le site, dont près de 350 pompiers.

Samedi 18 Août 2018

Lu 805 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS