Les participants du programme "Ektashif" bientôt au Maroc pour un voyage découverte

Année de la culture Qatar-Maroc 2024

Mardi 23 Avril 2024

Les participants du programme "Ektashif" bientôt au Maroc pour un voyage découverte
Le Maroc accueille sept artistes qataris participant au programme "Ektashif" pour un voyage éducatif spécial au Royaume dans le cadre de l'Année de la culture Qatar-Maroc 2024, indique un communiqué des organisateurs.
Ce programme annuel, organisé en partenariat avec le Musée d'art islamique (MIA), vise à soutenir les artistes et à leur fournir de nouvelles compétences dans les arts traditionnels et islamiques, précise la même source.

Au cours de ce voyage, les artistes visiteront des villes et des sites historiques pour découvrir l'architecture islamique et participer à des ateliers d'art dans le but d'apprendre les arts traditionnels auprès d'artisans experts, poursuit la même source, notant que l'exposition résultante des œuvres des artistes participants ouvrira ses portes au MIA le 22 octobre.

Le groupe de cette année comprend le photographe Abdulhadi Al-Marri, la peintre et artiste céramiste Aljazi Almaadeed, la créatrice de mode Dana Al Mulla, la calligraphe Fatima Al-Sharshani, le designer de bijoux Hamad Al Mohammed, l'artiste visuelle Huda Al Yafyi et la propriétaire d'entreprise et créatrice de mode Mariam Al Muttawa, précise le communiqué.

Le programme "Ektashif" Morocco s'inspire de ''l'Art du motif islamique". Le voyage débutera à Marrakech, où les artistes exploreront la ville et la splendeur de l'architecture marocaine. Ils visiteront le Riad Karmela à côté de la Madrasa de Ben Youssef, une authentique médina médiévale du XIIe siècle, le Palais Bahia, le Jardin Majorelle, des Tombeaux Saadiens, et le Musée Yves Saint Laurent. Les artistes qataris participeront également à des ateliers pour maîtriser les arts traditionnels tels que le dessin de motifs géométriques, la sculpture sur plâtre, la fabrication de carreaux zouaq, et un atelier de céramique.

"Cette initiative éducative annuelle est une opportunité pour les artistes qataris émergents et établis de découvrir la beauté et l'influence durables de l'art islamique à travers le monde. Ce voyage culturel enrichissant inspire les artistes à créer des œuvres qui enrichissent la scène culturelle dynamique du Qatar”, souligne Salem Abdulla Al Aswad, directeur adjoint du MIA et directeur de l'apprentissage et de la Sensibilisation chez Qatar Museums, cité dans le communiqué.
Pour leur part, les participants, cités dans le communiqué, ont également exprimé leur enthousiasme à propos du voyage.

"Le Maroc est l'un des piliers importants de l'histoire islamique, avec un passé riche et étroitement lié. Il ne fait aucun doute que voyager au Maroc est une excellente opportunité pour tout artiste qui aime la culture et la civilisation", a relevé Abdulhadi Al-Marri à propos de sa visite au Maroc.

"Le voyage au Maroc enrichira mon parcours de découverte. Il m'aidera à développer des idées artistiques à travers lesquelles je produis de nouvelles œuvres et une nouvelle saveur artistique", a déclaré Aljazi Almaadeed.
Dana Al Mulla s'est également exprimée à ce sujet : "Je suis particulièrement enthousiaste à l'idée de collaborer avec des artisans locaux et de découvrir comment ils intègrent leur patrimoine dans leur travail, car cela approfondirait ma compréhension de la façon de tisser des éléments culturels dans la mode et de créer des designs innovants".

"En tant que calligraphe, mon style d'écriture donne vie aux lettres et transforme les mots en œuvres d'art. Je me spécialise actuellement dans le style calligraphique marocain unique, donc ce voyage est une fantastique opportunité pour perfectionner mes compétences", a ajouté Fatima Al-Sharshani.

"Un voyage au Maroc sera une opportunité unique pour moi en tant qu'artiste, pour élargir ma vision artistique et stimuler ma créativité. J'ai hâte d'intégrer ces diverses expériences artistiques dans mes prochaines œuvres artistiques", a déclaré Hamad Al Mohammed.

"En tant qu'artiste multidisciplinaire, je cherche l'inspiration partout et je suis particulièrement impatiente de plonger dans le riche monde de l'art marocain et des métiers traditionnels pour en apprendre davantage et découvrir ses influences islamiques", a souligné l'artiste visuelle Huda Al Yafyi.

Mariam Al Muttawa a également partagé son enthousiasme : "J'adore l'aventure, les voyages, découvrir des cultures et connaître le Maroc, notamment Marrakech, car c'est l'une des capitales les plus riches en culture. J'ai hâte d'apprendre les arts traditionnels pour lesquels le Maroc est si célèbre."

Sous la direction de Son Excellence Cheikha Al Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al Thani, l'initiative Years of culture est à l'avant-garde des partenariats culturels durables entre le Qatar et d'autres nations. Son objectif est de favoriser le respect et la compréhension entre les cultures diverses, tout en agissant comme un catalyseur pour rassembler les individus, encourager les liens, stimuler le dialogue et approfondir la compréhension mutuelle. Bien que la programmation formelle s'étale sur une année, son impact durable se poursuit à travers des projets hérités.

L'organisation de l'Année de la culture Qatar-Maroc 2024 est le fruit d'une collaboration entre des institutions de premier plan au Qatar et leurs partenaires au Maroc, avec le soutien du ministère marocain de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, ainsi que des ambassades respectives du Qatar au Maroc et du Maroc au Qatar.

Parmi les éditions précédentes de l'initiative Years of culture figuraient : Qatar-Japon 2012, Qatar-Royaume-Uni 2013, Qatar-Brésil 2014, Qatar-Turquie 2015, Qatar-Chine 2016, Qatar-Allemagne 2017, Qatar-Russie 2018, Qatar-Inde 2019, Qatar-France 2020, Qatar-États-Unis 2021, Qatar-MENASA 2022 et Qatar-Indonésie 2023, conclut la même source.

Bouillon de culture

Vernissage

Le vernissage de l'exposition "Tanger sous le regard de Paul Servant, un tour photographique de la ville internationale" aura lieu aujourd’hui à l'Institut Cervantès de Tanger.
Cette exposition, qui se poursuivra jusqu'au 17 mai, donnera à voir 50 photographies choisies dans la collection de négatifs de Paul Servant sur plaque de verre moyen format, la plupart prises dans les années 20, qui ont été données à l'Institut d'études marocaines (TALIM), basé au Musée de la Légation américaine de Tanger, par le collectionneur d'art et philanthrope Donald Angus (1908-2001), qui les avait acquis dans les années 70 à Casa Barata, un souk local.

Paul Servant (Lyon 1878—Tanger 1958), photographe amateur résidant à Tanger, fut président du Comité de propagande et de tourisme de la Zone internationale.
Il a largement photographié la ville internationale, ainsi que d'autres lieux de la Méditerranée occidentale. Parmi ses instantanés, Tanger est particulièrement bien documentée.

Les images, prises entre la fin du XIXe siècle et les années 30, capturent l'arrivée des Européens au port, la construction du chemin de fer, certains des bâtiments les plus connus de la ville et une grande variété de portraits de Marocains et d'Européens, civils et militaires, bref, la vie quotidienne des habitants de la ville.
En plus de rendre hommage à la figure de Paul Servant, cette exposition vise à rapprocher le spectateur d'une ville unique et irremplaçable, un exemple de coexistence multiculturelle, ethnique et religieuse, un pôle d'attraction pour les citoyens du monde entier qui a soulevé tant d'envie et d'admiration pendant la validité de son statut de ville internationale.

Table ronde

 L'Institut Cervantès de Tétouan organise, le 7 mai, une table ronde sous le thème "Archéologues aventureux sur les deux rives du nord du Maroc".
Cette rencontre verra la participation des chercheurs et archéologues Manuel Jess Parodi Alvarez, José Ramos Muzoz, Mehdi Zouak et Mohamed Kbiri Alaoui.

Atelier
 Le Centre culturel Iklyle de Tétouan organise, le 25 avril, un atelier de formation aux techniques d'écriture de nouvelles.
Cet atelier, organisé parallèlement à la 7ème édition du concours des jeunes conteurs, sera encadré par Mohamed El Anaz, professeur à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Tétouan.

Libé

Lu 1224 fois


Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe







Inscription à la newsletter