Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les mesures prises par le Maroc pour lutter contre le Covid-19 déclinées devant l’ESCWA

Jamila El Moussali Le confinement a affecté les femmes différemment des hommes




Les mesures prises par le Maroc pour lutter contre le Covid-19 déclinées devant l’ESCWA
La ministre de la Solidarité, du Développement social, de l'Egalité et de la Famille, Jamila El Moussali, a exposé jeudi, lors d'une réunion par visioconférence, les mesures proactives et préventives entreprises par le Maroc pour faire face au coronavirus et endiguer sa propagation.
Lors d'une réunion en visioconférence des comités nationaux chargés des affaires féminines organisée par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie occidentale (ESCWA), elle a indiqué que la conjoncture exceptionnelle actuelle a exigé que tout un chacun fasse preuve d'engagement, de solidarité et d'entraide pour trouver des solutions à même de lutter contre la propagation du coronavirus (Covid-19) et faire face à ses répercussions sanitaires, économiques et sociales, indique un communiqué du ministère.
Elle a salué lors de cette rencontre virtuelle consacrée aux impacts du Covid-19 sur la réalité de l'égalité des femmes et les mesures prises par les différents Etats pour atténuer les effets socioéconomiques de cette pandémie, les différentes initiatives nationales pionnières en matière de solidarité sociale, d'industrie et d'innovation liées à cette crise sanitaire, dont l'opération de production et de distribution des masques en grande quantité qui a permis d'assurer l'autosuffisance du pays.
Ces mesures concernent également, selon la ministre, la fermeture des frontières, la suspension des cours, l'annulation de tous les rassemblements et les manifestations, la fermeture provisoire des mosquées, entre autres, visant à protéger les citoyens et lutter contre la propagation du virus, outre la publication d'un décret-loi relatif à la déclaration de l'état d'urgence sanitaire.
Sur le plan de la gouvernance, elle a souligné la création d'un Comité national de pilotage chargé du suivi de la situation épidémiologique, la mise en place d'un Comité de veille économique composé de représentants des départements gouvernementaux, en plus des secteurs bancaire, financier et privé.
Les différentes institutions gouvernementales ont de leur côté pris plus de 400 mesures dans les domaines économique, social et de la santé pour contrecarrer la propagation du coronavirus, a-t-elle ajouté, notant à cet égard les mesures à caractère stratégique relatif à la création du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus (Covid-19) pour couvrir les dépenses urgentes, la généralisation du confinement, la poursuite des services de base et l'approvisionnement des marchés, ainsi que la mobilisation de la médecine militaire au service de la médecine civile et informer les citoyens de l'évolution de la situation épidémiologique de manière quotidienne.
S'agissant des mesures visant à atténuer les répercussions sociales de cette épidémie, la responsable gouvernementale a précisé qu'environ 760.000 salariés affiliés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ont bénéficié d'une indemnité forfaitaire de 1.000 DH au titre du mois de mars et de 2.000 DH pour le mois d'avril, a-t-elle relevé, ajoutant que l'opération d’aide directe accordée aux ménages opérant dans le secteur informel et disposant d’une carte Ramed a pu bénéficier à 600.000 ménages.
Pour ce qui des effets de cette épidémie sur les femmes, Jamila El Moussali a souligné qu'à l'échelle mondiale, la crise sanitaire liée au Covid-19 a plus d'impact sur la vie sanitaire, sociale et économique des femmes, précisant que le confinement imposé par le Maroc a affecté les femmes différemment des hommes compte tenu des inégalités existantes, des perceptions sociales et de la nature de la participation économique des femmes dans les différents secteurs. "Les femmes se placent en première ligne face à la pandémie et assument les lourdes tâches domestiques en plus du suivi de la scolarisation à distance", a-t-elle dit.
La ministre s'est aussi attardée sur les mesures urgentes entreprises par le ministère pour protéger les femmes victimes de violence domestique à la lumière de cette période de confinement et de quarantaine ainsi que les femmes en situation de handicap, les femmes âgées et celles en situation de rue.
Elle a, cet égard, souligné que le ministère a lancé, en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), dans le cadre du programme de coopération belge, une campagne de sensibilisation numérique dédiée à la diffusion de SMS afin de surmonter les effets psychologiques du confinement et attirer l'attention sur la nécessité de renforcer les valeurs de coexistence et de responsabilité partagée entre les époux et les parents, entre autres.
Le département de tutelle a également mis en place des "Salama Kits" pour l'hygiène et la prévention du Covid-19, en collaboration avec l'UNFPA, dédiés aux femmes victimes de violence et en situation difficile, outre la consolidation des efforts de coordination et de soutien financier en faveur de la plateforme "Kolona Maak", pour accompagner les femmes en situation difficile, les écouter et les orienter, a précisé Jamila El Moussali.
Cette plateforme, disponible 24h/24 et 7j/7 à travers une ligne téléphonique directe (8350) est une application gratuite téléchargeable sur les smartphones, ayant pour objectif de signaler tout abus ou violence dont seraient victimes les femmes et les filles, et de les orienter vers l'autorité de sécurité ou judiciaire compétente, en particulier les cas qui nécessitent une intervention urgente, a-t-elle indiqué.
Le ministère a mis à la disposition de la plateforme une liste de 63 centres pouvant accueillir des femmes en situation de violence. Il s’agit des espaces pour femmes en situation de rue, des centres pour femmes en situation difficile et des espaces multifonctionnels pour femmes, a-t-elle dit.
Concernant la lutte contre la violence faite aux femmes à la lumière du confinement, Mme El Moussali a mis en avant une série de mesures entreprises à ce sujet dont le suivi des cas de violence signalés par divers moyens et la coordination avec les acteurs pour accélérer les interventions, l’hébergement des cas ou leur renvoi au domicile conjugal, ainsi qu’un suivi continu de la santé et de la situation sociale des travailleuses et des bénéficiaires des services des centres d’hébergement pour femmes en situation difficile, dans le cadre de la coordination avec l’institution de l’Entraide nationale.
En matière d'enfance, le ministère a mis en place un plan d'action pour la protection des enfants qui consiste à fournir divers services d’urgence destinés aux enfants en situation vulnérable, en particulier ceux vivant dans les établissements de protection sociale et les enfants des rues, visant à améliorer les services de proximité, mettre en place des mécanismes de veille et de suivi continus, fournir des services d’écoute aux enfants en situation vulnérable, offrir des services de soutien psychologique à distance, ainsi qu’apporter des supports de communication destinés aux enfants des établissements de protection sociale et à leurs éducateurs.

Samedi 25 Avril 2020

Lu 1543 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif