Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les hommes aussi : Il n’y a pas que les femmes qui sont victimes de violence conjugale

Depuis 2008, 24.500 cas d’hommes violentés par leurs femmes ont été recensés sur le territoire national




Une vie conjugale, c’est vivre à deux, pour le meilleur, mais aussi pour le pire. Et il ne faut pas se leurrer. Dans un sens comme dans l’autre, la violence entre époux existe. Si les femmes violentées sont légion, les hommes n’en sont pas exempts. En effet, la violence contre les hommes est un phénomène de plus en plus inquiétant. Si l’on en croit Abdelfattah Bahjaji, président du Réseau marocain pour la défense des droits de l’Homme, interrogé par ‘’Aujourd’hui le Maroc’’, depuis 2008, 24.500 cas d’hommes violentés par leurs femmes ont été recensés sur le territoire national. Pis, entre 2017 (2.500 cas) et 2018 (3.000), les témoignages reçus par l’association seraient significativement en hausse. Et ici, on ne parle que des hommes qui ont courageusement décidé de franchir le pas, ce qui n’est pas toujours aussi simple pour certains. « Bon nombre de victimes qui ne peuvent pas se déplacer pour  diverses raisons ou qui préfèrent garder l’anonymat nous contactent par téléphone. En moyenne nous recevons entre 3 et 4 appels d’hommes victimes de violence chaque jour »,     avance Abdelfattah Bahjaji. Et d’ajouter : « Le nombre d’hommes violentés est beaucoup plus important. Les hommes n’osent pas en parler par honte. Le tabou entourant les hommes victimes de violence conjugale est encore bien ancré dans notre société».
Souvent inaudible donc, cette violence ne concerne pas un genre d’hommes en particulier. Elle frappe, sans distinction, quel que soit l’âge ou le statut social. Toujours d’après les informations relayées par le même média, le Réseau marocain pour la défense des droits de l’Homme indique que les victimes sont âgées de 26 à 75 ans, issues de toutes les catégories socioprofessionnelles. A savoir, des médecins, des commerçants, en passant par des avocats, des instituteurs ou encore des patrons de société, voire des agents d’autorité.
Outre les mobiles qui sont certainement d’ordre sentimental, on apprend également que ces hommes violentés par leurs épouses, ont subi le plus souvent des violences physiques. En revanche, les cas de violence sexuelle sont plutôt rares. Plus précisément, dans 25% des cas, comme l’a révélé le président de ladite association. Dans les faits, les différents témoignages évoquent des coups et blessures en tout genre. A commencer par des hématomes, mais aussi des fractures à multiples endroits. Plus flippant encore, des blessures à l’arme blanche. Sans oublier l’usage d’ustensiles. En fait, dans ce moment où elles ne maîtrisent plus grand-chose, certaines femmes ont recours à tout ce qui leur tombe sous la main.
Si ces chiffres sont largement inférieurs à ceux des femmes victimes de violences conjugales, ils ne peuvent pas pour autant être ignorés. Sans verser dans un stérile discours de victimisation, la réalité est que ce sont des affaires dont on parle peu, même si les hommes battus seraient recensés à hauteur de 800.000 par an aux quatre coins de la planète.

C.C
Vendredi 18 Janvier 2019

Lu 792 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com