Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les camps de Tindouf sous très haute tension

La prolifération des crimes et l’insécurité font sortir les habitants de leur silence




Un grand malaise règne ces derniers jours dans les différents camps de Tindouf du fait de l’insécurité et de la prolifération du crime sous toutes ses formes, et ce dans l’indifférence des dirigeants du Polisario qui ne font rien pour interpeller les criminels qui opèrent au grand jour et sous les regards d’une population terrorisée.
Cette peur, les habitants des camps ne cessent de la dénoncer à travers les réseaux sociaux, stigmatisant le laisser-aller et la gabegie qui menacent, depuis plusieurs années, leur sécurité et leur quiétude. Ils dénoncent également et surtout l’absence de réaction de la part de la direction du Polisario qui, s’indignent-ils, est absente des camps. 
Déconcertés, certains habitants imputent à la direction du Polisario la responsabilité de cette situation. A qui profite ce climat de tension et d’insécurité et qui se joue de la vie des Sahraouis ?, se demandent-ils.
Impuissants, d’autres habitants relèvent que le taux de criminalité dans les camps ne cesse de grimper, surtout que la direction du Polisario qui n’a pu régler les salaires de ses milices chargées de la sécurité a été obligée de réduire leurs effectifs de six unités à une seule et unique dont le budget a été maintenu au plus bas. 
D’autre part, remarquent-ils, il est inconcevable que si les éléments de sécurité mettent un criminel aux arrêts le soir, le lendemain, il est libéré par l’un des dirigeants du Polisario pour lequel il a agi ou accompli des tâches peu orthodoxes. 
Dans une lettre ouverte adressée à la direction du Polisario, l’un des habitants des camps a écrit : « Je sais que ni vous ni les vôtres ne craignez ces malfaiteurs qui menacent notre sécurité car vous n’habitez pas les camps et ne vivez pas leurs misères. Tout le monde ici  est également conscient des possibilités que vous avez de mettre fin aux agissements de ces bandes criminelles et nous savons que vous êtes capables de mobiliser des éléments pour les arrêter. Encore faut-il que vous veuillez le faire. Nous en avons eu la preuve dans des cas où vos proches ou leurs biens ont été touchés ».
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 12 Novembre 2018

Lu 647 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés