Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les autorités algériennes cherchent à museler les médias




Les autorités algériennes cherchent à museler les médias
Les autorités algériennes "mettent tout en œuvre pour museler les médias" voulant couvrir les grandes manifestations contre la candidature du président Abdelaziz Bouteflika à 5e mandat, a accusé l'organisation Reporters sans Frontières (RSF).
Dans un communiqué reçu lundi soir, l'ONG de défense de la liberté de la presse a dénoncé une "vague de répression contre la presse en marge des manifestations", inédites par leur ampleur, aux slogans contre un 5e mandat du président algérien.
"Depuis que des manifestations ont éclaté, RSF a recensé un nombre inquiétant de violences à l'égard de la presse: interpellations, agressions, interdiction de couvrir, confiscation de matériel, pressions sur les médias publics et ralentissement du réseau internet...", détaille l'ONG.
"Les autorités algériennes ne se contentent plus des innombrables pressions économiques et judiciaires sur les journalistes et les médias. Désormais, ils agressent, arrêtent les journalistes et empêchent les informations de circuler", s'insurge dans ce communiqué Souhaieb Khayati, directeur du bureau Afrique du Nord de RSF.
Les médias audiovisuels publics algériens n'ont ainsi pas fait état du mouvement de contestation.
Des journalistes de la radio nationale algérienne ont affirmé que ce silence avait été imposé par leur hiérarchie. Ils en ont profité pour dénoncer l'absence de neutralité à l'antenne, le "traitement exceptionnel" réservé au camp du président Bouteflika et celui "restrictif de l'opposition".
Une journaliste de la radio qui a publiquement démissionné de ses fonctions d'encadrement pour dénoncer cet état de fait a vu son émission supprimée.
Mardi, les journalistes ont été interdits d'accéder sur un campus du centre d'Alger où s'étaient rassemblés environ 500 étudiants protestant contre la candidature du chef de l'Etat.
RSF place l'Algérie à la 136e place sur 180 de son classement mondial de la liberté de la presse 2018.
Par ailleurs, des centaines d'étudiants protestent mardi sur un campus du centre d'Alger contre un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, sourds aux appels du Premier ministre exhortant les manifestants à s'exprimer dans les urnes lors de la présidentielle du 18 avril.
Mardi matin, environ 500 étudiants étaient regroupés aux cris de "Non au 5e mandat!", "Bouteflika dégage!", "Algérie libre et démocratique", à l'intérieur de la "fac centrale".
Les agents de sécurité de l'université ont cadenassé les grilles pour empêcher les étudiants de sortir, ont constaté des journalistes de l'AFP.
"Policiers et étudiants sont des frères", crient aussi les étudiants aux membres des forces de l'ordre, certains arborant casques et boucliers anti-émeutes, déployés en nombre dans la rue, de l'autre côté des grilles.
De nombreux étudiants brandissent des drapeaux algériens.
"Pour éviter la confrontation avec la police, les étudiants de plusieurs facultés d'Alger ont décidé de se rassembler dans l'enceinte de l'université", a expliqué à l'AFP Raouf, étudiant en master de journalisme, qui n'a pas donné son nom de famille.
"Les policiers n'ont pas le droit d'entrer" dans les universités, rappelle-t-il.
Des rassemblements similaires sont prévus dans les différentes universités du pays.

Libé
Mercredi 27 Février 2019

Lu 607 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com