Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les archives britanniques lèvent le voile sur les réseaux d'espionnage soviétiques de la Guerre froide

Les dossiers du MI5 révèlent que Konon Molody avait proposé de donner des informations et même de devenir un agent double en échange de sa libération




Des dossiers secrets publiés mardi à Londres lèvent le voile sur l'une des plus célèbres affaires d'espionnage de la Guerre froide au Royaume-Uni: le réseau d'espions de Portland.
Dans les années 60, cette organisation d'agents soviétiques serait parvenue à dérober des renseignements navals qui auraient aidé l'URSS à construire une nouvelle catégorie de sous-marins plus silencieux, marquant un tournant dans la Guerre froide au Royaume-Uni, selon des historiens.
Le réseau était dirigé par Konon Molody, un officier du KGB qui se faisait passer pour un homme d'affaires canadien répondant au nom de "Gordon Lonsdale".
Dépourvu de l'immunité diplomatique habituellement conférée aux agents de renseignements utilisant leur véritable identité, Molody fut arrêté et condamné à 25 ans de prison pour espionnage en 1961.
L'affaire fit grand bruit car les services de renseignement britanniques (le MI5) n'avaient jamais auparavant démasqué un espion "illégal", qui plus est dans cette position de chef.
Les dossiers du MI5 publiés par les Archives nationales révèlent que Konon Molody avait proposé de donner des informations et même de devenir un agent double en échange de sa libération.
"Il était prêt à nous donner des informations qui (...) avaient l'air de grande valeur", est-il écrit sur une note du MI5 datant de 1961.
"Il espérait toutefois conclure un accord avec nous. L'idée de Lonsdale était d'être échangé contre des agents britanniques détenus par les Russes, ou même qu'il puisse être autorisé à s'échapper".
Si à l'époque, les autorités ont assuré ne pas "sérieusement envisager" cette offre, Konon Molody a été échangé en 1964 contre le Britannique Greville Wynne, détenu à Moscou, l'un des échanges d'espions les plus médiatisés de la Guerre froide. Il est décédé en 1970.
Au début de l'année 1961, Molody a été interrogé en prison par Charles Elwell, un officier du MI5. Bien que Charles Elwell ait fait tout son possible pour le mettre derrière les barreaux, les deux hommes ont développé une relation cordiale, partageant des cerises ou des fraises lors de leurs entretiens, pendant lesquels Molody exprimait sa désillusion sur sa vie d'espion au sein du KGB.
Mais ce dernier n'a jamais révélé sa véritable identité, de peur "que cela puisse avoir des conséquences désastreuses à son retour en Russie", analyse Charles Elwell.
Konon Molody a aussi caché le fait qu'il avait brièvement "contrôlé" Melita Norwood, la plus célèbre espionne britannique recrutée en 1937 par le NKVD (futur KGB), influencée par les cercles communistes de Kim Philby et Anthony Blunt à Cambridge.
L'identité de Melita Norwood, qui aurait fourni des informations aux Soviétiques contribuant au développement de la bombe atomique, est restée secrète pendant des décennies, ce qui lui a valu son surnom de "l'arrière-grand-mère espionne".
Ses activités d'espionnage n'ont en effet été exposées au grand jour que lorsque l'archiviste du KGB Vassili Mitrokhine a fait défection en 1992, révélant des milliers de dossiers qu'il avait méticuleusement copiés.
Elle est décédée en 2005, sans être poursuivie.
Les fichiers publiés détaillent le fonctionnement du réseau de Portland, du nom d'une base navale chargée de la recherche sous-marine au large du sud-ouest de l'Angleterre.
On apprend que la police avait commencé à remonter la piste du réseau après avoir été alertée qu'un employé de cette base navale, le Britannique Harry Houghton, "agissait de façon suspecte". Il fournissait en réalité des documents classifiés à Konon Molody, avec l'aide de sa maîtresse, Ethel Gee, aussi employée dans cette base.
Mais le Russe avait une piètre opinion de M. Houghton.
"Lonsdale considère Houghton comme un imbécile incompétent, qui était même incapable de faire fonctionner l'appareil photo qu'il lui avait fourni", selon les notes de Charles Elwell.
Deux autres membres alimentaient le réseau: les époux américains Morris et Leontina Cohen, aux noms d'emprunt Peter et Helen Kroger, qui se faisaient passer pour des vendeurs d'antiquités et de livres rares au Royaume-Uni. Ils récupéraient les documents classifiés volés et entraient en communication avec Moscou depuis un bungalow du nord-ouest de Londres.
Ils furent arrêtés en janvier 1961 et emprisonnés, mais envoyés huit ans plus tard à Moscou lors d'un autre échange d'espions. Accueillis dans la capitale soviétique en héros, ils reçurent l'Ordre de l'Etoile rouge, et auront même des timbres imprimés à leur effigie.
Les autorités britanniques jetaient sur eux un tout autre regard, qualifiant M. Cohen de "type rasoir et sentencieux (...) dont la vie semble être régie par un idéalisme rance" et qualifiant sa femme de "fanatique aigrie".

Mercredi 25 Septembre 2019

Lu 932 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com