Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Léger reflux des dépenses d’investissement dans la construction au troisième trimestre

La valeur ajoutée aurait augmenté de 0,8%, en variation annuelle, au lieu de +14,2% à la même période de l’année précédente, selon le HCP


Alain Bouithy
Dimanche 13 Novembre 2022

Léger reflux des dépenses d’investissement dans la construction au troisième trimestre
Les dépenses d’investissement dans la construction auraient sensiblement reflué au troisième trimestre 2022, a indiqué récemment le Haut-commissariat au plan (HCP) dans sa note de conjoncture du troisième trimestre 2022 et perspectives pour le quatrième trimestre.

D’après l’organisme public, elles auraient pâti de l’essoufflement de l’activité immobilière et de la diminution des crédits destinés aux promoteurs immobiliers, a-t-il expliqué relevant cependant que l‘investissement en produits industriels se serait, pour sa part, amélioré, entraînant une progression des importations de biens d’équipement.

S’inscrivant dans une trajectoire de ralentissement, la valeur ajoutée de la construction aurait augmenté de 0,8% durant cette période, en variation annuelle, au lieu de +14,2% à la même période de l’année précédente. « La branche aurait continué de pâtir de la faible dynamique des activités immobilières et du renchérissement des matériaux de construction », selon les explications du Haut-commissariat.

Comme l’a relevé le HCP dans sa note de conjoncture, les prix du béton, de l’acier, du verre et du ciment se seraient inscrits en hausse et des difficultés d’approvisionnement pour les industries annexes se seraient accentuées.
L’organisme public en veut pour preuve les appréciations des chefs d’entreprise de la construction, exprimées dans le cadre de sa dernière enquête de conjoncture.

L’opinion de ces derniers révèle que « les carnets de commande des opérateurs du secteur seraient restés peu garnis et les anticipations de l’évolution de l’activité dans le bâtiment et le génie civil se seraient abaissées », a fait savoir le HCP.

Dans Revue mensuelle de la conjoncture économique, monétaire et financière d’octobre 2022, Bank Al-Maghrib rapportait pour sa part que l’activité dans la branche de construction « a poursuivi son ralentissement entamé depuis le troisième trimestre 2021 avec une croissance de la valeur ajoutée limitée à 1,7% au deuxième trimestre au lieu de 16,9% ».

Pour le trimestre suivant, la Banque centrale a ajouté : « l’activité a été marquée par une contraction de 16% des ventes de ciment après une hausse de 7,8% un an auparavant ».

A titre de rappel, dans sa note de conjoncture du mois d’octobre dernier, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) a annoncé que le secteur de construction avait préservé l’évolution positive de sa valeur ajoutée au titre du deuxième trimestre 2022 tout en continuant de dépasser son niveau d’avant la crise.

Après analyse des données, il ressort ainsi que « la valeur ajoutée du secteur s’est améliorée de 1,7%, au deuxième trimestre 2022, après une hausse exceptionnelle de 16,9% au même trimestre de l’année précédente », selon les observations de la DEPF.

Tenant compte d’une augmentation de 1,8% au premier trimestre 2022, la même Direction - relevant du ministère de l’Economie et des Finances - avait fait état de ce que « la valeur ajoutée du secteur s’est renforcée de 1,7% au terme du premier semestre 2022, après +11,3%, un an plus tôt ».

« Profitant du maintien de cette évolution positive, la valeur ajoutée du secteur s’est accrue de 4,4% au deuxième trimestre 2022 et de 10,6% au premier 2022, comparativement aux mêmes périodes de 2019, après des hausses respectives de 2,7% et de 8,6% au deuxième et premier trimestres 2021 », pouvait-t-on lire.

Soulignons que la consommation de ciment a accusé une baisse de 8,3%, en glissement annuel, au terme des neuf premiers mois de 2022, après +18,3% un an auparavant.
Selon le DEPF, « cette évolution recouvre, un retrait de 16% au troisième trimestre, de 9,9% au deuxième trimestre et une augmentation de 1% au premier trimestre 2022 ».

Quant aux crédits à l’immobilier, comme le souligne sa note de conjoncture, leur croissance s’est consolidée, à fin août 2022, atteignant +2,4%, après +2,1% à fin juin 2022.

Dans le détail, « cette augmentation a bénéficié, notamment, de l’accroissement de l’encours des crédits à l’habitat de 3% (après +2,5%), atténué, toutefois, par le recul de celui alloué aux promoteurs immobiliers de 2% (après +0,3%) ».

Alain Bouithy


Lu 1440 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP











Flux RSS
p