Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le variant Delta entraîne de nouvelles restrictions à travers la planète

Retour de la Covid àWuhan


Les autorités chinoises ont décidé mardi de dépister tous les habitants de la ville où la Covid19 était apparu, Wuhan, touchée par quelques cas de coronavirus, au moment où le variant Delta, hautement contagieux, pousse un nombre croissant de pays à imposer des restrictions. La résurgence du virus, qui frappe des pays qui pensaient depuis longtemps avoir surmonté le pire, est favorisée par des taux de vaccination en baisse et de nouvelles mutations plus dangereuses. La Chine, où l'épidémie avait fait son apparition fin 2019 dans la métropole de Wuhan, pensait avoir pratiquement éradiqué le virus, ne comptant plus aucun cas d'infections d'origine locale depuis des mois. Cela avait permis aux habitants de renouer avec une vie normale et un rebond de son économie. Le regain épidémique touche désormais des dizaines de villes chinoises. La souche Delta se répand à travers le pays après avoir contaminé des employés chargé du nettoyage des avions à l'aéroport de Nankin (est). A Wuhan, première ville du monde à avoir été placée en quarantaine dès le 23 janvier 2020, et pour 76 jours, l'ensemble des 11 millions d'habitants vont être dépistés. A travers la Chine, le régime communiste a de nouveau sorti un arsenal de mesures radicales similaires à celles du début 2020, avec le confinement de certaines villes, une limitation des déplacements et un dépistage généralisé. En Australie, des militaires ont été déployés dans les rues de Sydney (sud-est), la plus grande ville du pays, entrée dans sa sixième semaine d'un confinement qui devrait rester en vigueur jusqu'à la fin du mois. Les autorités s'efforcent de lutter contre la propagation du variant Delta, avec plus de 3.600 cas enregistrés dans l'agglomération depuis mi-juin. Seulement environ 15% de la population australienne, qui compte 25 millions d'habitants, a reçu deux doses de vaccin et la stratégie des autorités consiste à confiner afin de limiter la propagation du virus. Celui-ci continue de toucher des pays où les programmes de vaccination ont été relativement efficaces. Aux Etats-Unis, frappés par une nouvelle vague liée au variant Delta, les hospitalisations atteignent des niveaux comparables à ceux de la vague de l'été dernier. Lundi, le pays a atteint avec un mois de retard l'objectif fixé par le président Joe Biden qui était d'avoir un taux de 70% d'adultes ayant reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid le 4 juillet, jour de la fête nationale américaine. Mais le ralentissement de la campagne de vaccination, en particulier dans les régions traditionnellement conservatrices du Sud et du Midwest, ainsi que parmi les populations les plus jeunes, paupérisées, et celles issues de minorités ethniques, a empêché le pays d'atteindre cet objectif. "Ces cas se concentrent dans des communautés dont les taux de vaccination sont plus faibles", a expliqué à des journalistes Jeff Zients, le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison Blanche. "Un cas sur trois au niveau national a été détecté en Floride et au Texas la semaine passée", at-il précisé. Les Etats-Unis ont cependant observé un rebond du taux de vaccination ces dernières semaines, notamment dans ces régions les plus touchées par la vague récente de Covid-19. Face au variant Delta, certains pays ont commencé à proposer une dose de rappel de vaccin. Selon des laboratoires, une dose supplémentaire assure une protection immunitaire renforcée, notamment au regard de la propagation du variant Delta. L'Allemagne a annoncé lundi qu'elle va proposer dès le 1er septembre l'administration d'une dose de rappel aux populations âgées et vulnérables, ainsi qu'aux personnes qui n'ont pas reçu de vaccin à ARN messager. Cette décision est "dans l'intérêt des soins de santé préventifs", a souligné le ministère de la Santé. La Suède a elle aussi indiqué prévoir de proposer une dose de rappel de vaccin anti-Covid à "une grande partie de la population" en 2022, même si elle pourrait commencer par des populations vulnérables dès cet automne. "Notre évaluation est qu'il n'est pas possible d'éradiquer le virus et que le travail de vaccination devrait donc être à long terme et centré sur la réduction des maladies graves et de la mortalité", a souligné l'épidémiologiste en chef suédois Anders Tegnell.

​En Tunisie, la pandémie a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase

 Sous les gradins décatis du stade El Menzah de Tunis, transformé en centre de vaccination, Mohamed Ben Amar se réjouit de son vaccin autant que du coup de force du président Kais Saied. "Avec lui, tout va changer", espère-t-il. Le président Saied s'est octroyé les pleins pouvoirs à la faveur d'un ras-le-bol exacerbé par un pic épidémique meurtrier, qui a provoqué la colère des Tunisiens contre "l'incompétence" de l'ancien gouvernement et d'une Assemblée accaparée par ses luttes intestines. "Avant, la Tunisie n'avait pas de vaccins, pas d'oxygène", souffle Mohamed, cordonnier, qui a peiné à se procurer des bouteilles du précieux gaz, lorsque sa mère asthmatique de 80 ans a contracté la Covid19. Pour lui, depuis que M. Saied a suspendu le Parlement il y a une semaine et pris la main sur l'exécutif, "la gestion est bien meilleure". La Tunisie a été frappée de plein fouet par le variant Delta: depuis mars, le nombre de morts du nouveau coronavirus a plus que doublé, dépassant désormais les 20.000 décès. Manque de respect des gestes barrières, arrivée tardive des vaccins, difficultés à décider et faire appliquer des restrictions cohérentes en raison de la crise économique et des tergiversations politiques : la Tunisie s'est retrouvée avec le pire taux de mortalité officiel du monde sur les sept derniers jours, selon un comptage de l'AFP réalisé à partir de bilans officiels lundi. Dans ce contexte, nombre de Tunisiens souhaitent un homme fort pour lutter contre l'épidémie, et le président, élu en 2019 avec plus de 70% des voix, bénéficie toujours d'une forte popularité. Le bras de fer entre le chef de l'Etat et un Parlement morcelé a déstabilisé le gouvernement de manière chronique. Résultat: cinq ministres de la Santé se sont succédé en 18 mois. Les hôpitaux saturés, les pénuries d'oxygène et l'incohérence de certaines mesures ont renforcé cette impression d'un Etat défaillant. A la mi-juillet, en pleine fête de l'Aïd- al Adha, l'ouverture soudaine de la vaccination à toutes les classes d'âges, a ainsi tourné à la foire d'empoigne. De nombreux centres ont été débordés, générant bousculades et déceptions. Depuis que M. Saied a invoqué la Constitution pour prendre le pouvoir, il a créé une cellule de crise pour gérer la crise sanitaire, supervisée par un haut gradé militaire. Avant cela, il avait déjà poussé l'armée à ouvrir des hôpitaux de campagne et des centres de vaccination mobiles dans plusieurs régions du pays. Depuis dix jours, le pays de 12 millions d'habitants a reçu "à peu près sept millions de doses de vaccins", selon le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en Tunisie, Yves Souteyrand. D'après les derniers chiffres du ministère de la Santé, 1,1 million de Tunisiens sont immunisés avec deux doses.

Libé
Jeudi 5 Août 2021

Lu 953 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS