Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le savoir-faire des guides touristiques marocains primé à l’international

A travers sa médaille de bronze, Abderrahim Oukioud ambitionne de mettre en lumière les difficultés d’une profession singulière




 Réjouissante nouvelle pour l’activité touristique au Royaume en général et pour les guides touristiques en particulier. Lancés en décembre 2005 pour primer ces héros sous-estimés du monde du voyage, les Wanderlust World Guide Awards 2018 ont récompensé Abderrahim Oukioud d’une médaille de bronze, parmi 4000 autres prétendants, suite à un processus d’évaluation long et difficile. L’homme aux 15 années d’experérience aura séduit le jury par la contagieuse passion qu’il voue à son pays. D’ailleurs, Myles Farnbank, l’un de ses membres, s’est dit « impressionné par la manière dont Abdu implique ses clients dans la vie locale» Derek Moore, quant à lui, a été agréablement surpris par « l'excellent service à la clientèle d'Abdu et sa capacité à créer une synergie de groupe ».
La bourse de 1.000 £ remportée, Oukioud entend l’investir dans une nouvelle école pour enfants, dans le village de Tarzout, apprend-on auprès des organisateurs des Wanderlust World Guide Awards. Mais Oukioud ne l’a à aucun moment mentionné lors de notre entretien. Confirmant ainsi la modestie mentionnée par bon nombre de ses clients en dressant son portrait. Non, Abderrahim Oukioud a préféré s’enquérir et braquer les projecteurs sur les difficultés qu’éprouvent ses collègues dans la pratique d’une profession singulière.
Pour tout comprendre, il faut remonter le temps et prendre de la hauteur. Nous sommes au cœur de la vallée d’Aït Bouguemez, plus exactement à Tabant. Cette commune, perchée à plus de 1800m d'altitude dans le Haut Atlas central, a vu naître et mourir l’un des fleurons du projet du Haut Atlas central, le centre de formation aux métiers de guide de montagne. A l’image des us et coutumes de la localité, le centre est un édifice construit en terre stabilisée, d’une superficie de 3600m2 couverte et d’une capacité d’accueil d’une centaine de stagiaires. «Moi aussi j’ai fait partie de ceux qui y ont appris le métier de guide de montagne», se souvient Oukioud. Par manque de moyens financiers, le centre a mis la clé sous la porte, en 2013. Une hérésie au vu de l’excellente réputation dont jouissent les guides qui y ont été formés. En tout cas, une fois le diplôme en poche, l’itinéraire classique suivi par ces derniers les conduit forcément aux portes de la capitale touristique. « J’ai dû faire le tour des agences à Marrakech pour trouver du travail. Evidemment pour augmenter ses chances, il faut être polyglotte. Même si la réputation du centre de Tabant nous y aide énormément», raconte le natif d’Azilal. S’il a réussi à s’y forger une réputation, ce n’est pas le cas d’une centaine de ses collègues. Ils souffrent du statut de guide de montagne. Alors qu’à une époque, le trekking en haute montagne étaient la norme, de nos jours, il l’est un peu moins. En cause, un nouveau profil de touristes. «Pendant les années 2000, les clients étaient originaires d’Angleterre et de France. C’étaient de vrais amoureux de la nature. Mais la crise financière de 2008 les a empêchés de venir plus souvent», explique Abderrahim Oukioud. Et d’ajouter : «De nos jours, la clientèle qui visite le Maroc vient de pays lointains tels que l’Australie ou les Etats-Unis. Elle préfère découvrir la culture du pays et visiter un maximum de villes, au lieu de perdre du temps dans des randonnées en montagne ».
Du coup, les guides de montagne ont été obligés de se rabattre sur les circuits touristiques classiques. Là où la concurrence est plus rude et dense. Une situation tout sauf facile à gérer. D’autant plus qu’ils partent avec une longueur de retard, résultat de leur statut spécifique, par rapport aux autres guides qui sont eux considérés comme accompagnateurs touristiques, d’où la demande d’Oukioud.  «Nous sommes dans un entre-deux juridique. Nous avons des cartes de guide de montagne mais nous ne pratiquons pas en montagne. C’est la raison pour laquelle nous demandons au ministère de tutelle de nous intégrer dans le statut d’accompagnateur touristique au lieu de guide de montagne. Car cette dernière appellation limite notre champ d’action », a-t-il soulginé. En effet, d’après le portail national de l'administration marocaine www.service-public.ma, le guide de montagne est uniquement autorisé à accompagner, guider et assister les touristes au cours d'excursions ou de randonnées en montagne. Une inextricable situation qui doit nécessiter une attention particulière.
 

Chady Chaabi
Samedi 29 Décembre 2018

Lu 1800 fois


1.Posté par Issmail le 28/12/2018 17:06 (depuis mobile)
Bravo abdou, tu es une fierté du notre pays!
Autant que guide de montagne on souffre beaucoup qu’on accompagne nôtres voyageurs dans les villes...
on demande de nous intégrer car la plupart de nous a plus 5ans d’expériences...

2.Posté par Rachid le 28/12/2018 17:10 (depuis mobile)
Congratulations Abdu as well as other guides who represents our Country all over the world. As mentioned in the article we as Mountain guides, we are not allowed to guide tours while in the urban of Moroccan city.

3.Posté par Nomad le 28/12/2018 17:25 (depuis mobile)
Hi guys,
We ask for nothing but integration, we want better life and more rights to practice the job in honor and heads up.
Hope things will change and improve soon.
No more waiting

4.Posté par Rachid le 28/12/2018 17:41 (depuis mobile)
Our only request to the minister is to Integrate us whin city tour guides.

5.Posté par Abdou le 28/12/2018 18:06 (depuis mobile)
Well done mate

6.Posté par Hassan le 28/12/2018 18:40 (depuis mobile)
Well done Abdo.
You are a great Mountain leader. As you have mentioned,we are seeking to improve our situations as a Mountain trip-leaders who are not allowed to guide or at least to assist their travelers when they are doing imperial cities.

7.Posté par Ismail ingrioui le 28/12/2018 20:44 (depuis mobile)
Congratulations Abdul for the award. Morocco is so proud to have you as one of the best tour leaders.

I here support your point of Integration of Mountain guide into city guides regardless of the great experiences we have Globally.

8.Posté par Ali le 28/12/2018 20:49 (depuis mobile)
Félicitation Abdou et bravo à tous les guides marocains malgré les gros difficultés de domaine. Bravo

9.Posté par Mustapha le 28/12/2018 le 28/12/2018 21:57 (depuis mobile)
Bravo pour notre collègue Abdo , tu nous as monté la tête des guides marocaines en haut .
Tu nous as honoré devant les milliers des guides venent de différentes régions .
Chapeau .

10.Posté par Said Baadoud le 29/12/2018 15:42 (depuis mobile)
Integration nous la bien merite chers collegues nous avons l experience sur le terain est une culture intense nous travaillons dur pour l image de nos pays nous sommes Des vrais ambassadors sans maquillage .Veuillez presentes au pres du ministère .

11.Posté par Hamid B le 30/12/2018 11:31 (depuis mobile)
Bravo et Bon courage ✌️

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com