Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le satisfecit des syndicats : Grève réussie




Abdelhamid Fatihi : Le gouvernement doit se départir de son indifférence
Khalid Lahouir El Alami : Le gouvernement a tout l’air de ne pas être conscient de la gravité de la situation sociale


La grève observée hier mercredi par la FDT et d’autres centrales syndicales (CDT et l’UMT) a quasiment paralysé la fonction publique, les établissements publics et les collectivités territoriales.
«Le débrayage a été largement suivi par les fonctionnaires et les salariés», nous a affirmé à ce propos Abdelhamid Fatihi, secrétaire général de la FDT. Et de préciser : «Le taux de participation a dépassé les 70% dans tous les secteurs de la fonction publique (enseignement, collectivités territoriales, justice…)».
Il a, dans ce même sens, critiqué « le silence coupable » du gouvernement, qui « continue de faire la sourde oreille ». Pour cette raison, il a mis en avant le fait que la FDT allait discuter au sein de ses instances décisionnelles d’autres formes de protestation si le gouvernement ne prend pas des mesures pour faire baisser la tension sociale.
Pour sa part, Khalid Lahouir El Alami, secrétaire général adjoint de la CDT, nous a affirmé que la grève du 20 février a fait un tabac, soulignant que « le taux de participation a varié entre 75 % et 100 % au niveau de la fonction publique. La grève a été largement suivie dans les secteurs de l’éducation, des collectivités territoriales, de la pêche maritime, de la communication et de la justice et il y a des secteurs où le taux de participation a dépassé les 90 %».
Après avoir souligné que le débrayage «s’est déroulé en toute responsabilité et dans le calme », il a dénoncé le silence du gouvernement. « Jusqu’à maintenant, le gouvernement garde le silence et je dirais même que le chef du gouvernement adopte une attitude indifférente et irresponsable devant la gravité de la situation sociale», a-t-il assené. Et d’ajouter:«Le gouvernement semble inconscient de la gravité de la situation». Pour lui, il y a deux indicateurs de la gravité de celle-ci. Le premier concerne l’endettement qui a atteint  des seuils intolérables qui rappellent la crise des années 80 du siècle passé et le second a trait à l’endettement des ménages.
Pour cette raison, il a affirmé que la mobilisation initiée par la CDT n’a pas seulement concerné les fonctionnaires et les salariés du privé, mais aussi les citoyens qui se sont sentis concernés par ce mouvement. Car, selon lui, « l’érosion du pouvoir d’achat touche tout le monde et pas uniquement les fonctionnaires. Pour cela, la CDT a pris, il y a un mois, la décision de faire grève le 20 février et d’organiser des marches régionales et provinciales le 24 février ».
Plusieurs raisons expliquent le ras-le-bol des centrales syndicales.
Depuis 2011, date du dernier accord social, à savoir l’Accord du 26 avril 2011, la situation de la classe ouvrière s’est, en effet, dégradée. Ses acquis, ses droits et ses revendications ont été bafoués pour la huitième année consécutive sous la houlette de deux gouvernements successifs (en l’occurrence celui d’Abdelilah Benkirane et celui de Saad Dine El Otmani).
Les salariés et les fonctionnaires n’ont bénéficié, selon les centrales syndicales, d’aucune mesure visant à renforcer leur pouvoir d’achat et à améliorer leur situation. Pire encore, le gouvernement a également porté atteinte aux  acquis sociaux des salariés durant ces années de vaches maigres.
Les centrales syndicales dénoncent, en outre, le gel du dialogue social et de tous les accords conclus, ainsi que les  atteintes aux droits et acquis des salariés.
 Il convient de rappeler que le Bureau politique de l’USFP a débattu récemment des derniers développements relatifs au dialogue social, réitérant sa volonté de défendre les doléances justes de la classe ouvrière.
Dans ce sens, il s’est arrêté sur les différents défis et contraintes auxquels l’action syndicale se trouve confrontée, sur les régressions et l’atteinte aux acquis enregistrés sous le précédent gouvernement et rejeté toute pratique de nature à vider le dialogue social de sa substance.

Mourad Tabet
Jeudi 21 Février 2019

Lu 914 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com