Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le nouveau “Roi Lion”, un film en 3D pas comme les autres




Le nouveau “Roi Lion”, un film en 3D pas comme les autres
Les remakes en 3D de dessins animés classiques par Disney ont fait fureur au box-office ces dernières années mais le studio compte sur son dernier-né, "Le Roi Lion", pour se propulser au sommet. Avec un budget de 250 millions de dollars et un casting de stars comme Beyoncé pour les voix des personnages, les attentes sont grandes pour ce film qui retrace l'histoire culte du lionceau Simba vengeant la mort de son père. Signe prometteur: la bande-annonce du nouveau "Roi Lion" a été regardée 225 millions de fois en 24 heures à sa sortie en novembre, battant des records chez Disney. 
Presque chaque scène du film qui est sorti vendredi aux Etats-Unis (le 17 juillet au Maroc), de la crinière scintillante de Mufasa aux yeux étrangement réalistes des hyènes, a été créée à partir d'images générées par ordinateur. Pourtant, "Le Roi Lion" n'est pas un film d'animation en 3D conventionnel. Selon son réalisateur Jon Favreau, il est même complètement nouveau: un film tourné par une équipe traditionnelle de cameramen, mais au sein d'un monde de réalité virtuelle en 3D.
Les auteurs et les acteurs ont pu, casques virtuels à l'appui, "entrer" comme dans un jeu vidéo dans une savane africaine pour filmer ou simplement regarder gambader des versions brutes générées par ordinateur de Simba et de ses amis. "L'équipe mettait ses casques, y allait, explorait les environs et installait ses caméras au sein de la réalité virtuelle", a dit Jon Favreau à des journalistes à Beverly Hills cette semaine. 
Des méthodes qui ont enchanté le jeune JD McCrary, la voix de Simba au début du film. "On mettait les casques et on avait ces espèces de télécommandes à la main", raconte-t-il. "On voyait tout, les Terres de la fierté, le Rocher de la fierté... On a tout vu, c'était génial!". Les équipes n'ayant pas de connaissances en matière d'effets spéciaux high-tech pouvaient apporter leur expérience et leurs techniques traditionnelles, ainsi que leur matériel, dans le studio de réalité virtuelle.
Chefs opérateurs et scénaristes pouvaient regarder le film se dérouler devant leurs yeux et faire des ajustements en direct, concernant l'éclairage par exemple. Puis les images ont été envoyées à Londres, à la société d'effets visuels MPC, qui leur a donné le lustre de la version finale. Le film a aussi puisé son inspiration dans les majestueux documentaires du célèbre Britannique David Attenborough, qui a fait aimer la nature à des millions de personnes dans le monde.
Dès les premières scènes, le remake en met plein les yeux aux spectateurs avec des "scènes" à couper le souffle d'antilopes, de zèbres et de gnous galopant à travers la savane. Contrairement au dessin animé originel, les animaux sont réalistes et leurs têtes ne ressemblent par exemple pas aux visages des humains. Pour Jon Favreau, il était important que le film donne "l'illusion d'être un documentaire naturaliste". 

Libé
Lundi 15 Juillet 2019

Lu 1517 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com