Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mois chômé en Russie, mission impossible pour les PME




Le mois chômé en Russie, mission impossible pour les PME
Un mois d'avril chômé mais payé pour lutter contre le coronavirus: les promesses faites aux Russes par Vladimir Poutine s'avèrent impossibles à tenir dans une économie à l'arrêt, en premier lieu pour les petites et moyennes entreprises.
Natalia Garnova attends son salaire. Lorsqu'il sera versé, il sera divisé par deux, passant de 40.000 à 20.000 roubles (de 500 à 250 euros). "Je ne sais pas comment je nourrirai mes enfants demain!", désespère cette employée de 41 ans d'une petite société de production de meubles de Mytichtchi, dans la région de Moscou.
"Ce mois-ci, nous n'avons ni commandes ni salaires. Nous savons déjà que plusieurs personnes seront licenciées", regrette-t-elle.
Si les députés devaient plancher mardi sur un plan d'aide aux entreprises, il est déjà trop tard pour certaines d'entre elles.
Selon une étude du Centre de recherche stratégique, think tank proche du pouvoir, environ un tiers des mille entreprises interrogées a forcé ses employés à des congés sans solde dès la première semaine chômée (commencée le 28 mars) décrétée par le président russe pour enrayer la propagation du Covid-19.
Près de la moitié d'entre elles a baissé les salaires, 16% ont procédé à des licenciements et 9% sont convaincues de faire faillite en 2020.
Selon la Cour des comptes, le nombre des chômeurs pourrait passer lui de 2,5 à 8 millions dans le courant de l'année.
Sans parler des auto-entrepreneurs comme Olga Novikova, coach sportive de 29 ans, dont les revenus ont simplement disparu.
"Plus ça dure, plus il devient difficile de survivre", craint-elle. Elle ne peut plus donner de cours dans les salles de sport depuis leur fermeture, et les cours particuliers dans les espaces publics sont interdits.
Elle "essaie de s'organiser en ligne" mais se heurte à la concurrence d'une abondante offre gratuite.
Pour la population russe, au pouvoir d'achat déprimé depuis des années, la situation pourrait s'avérer délicate. D'autant que près de deux tiers de Russes n'ont pas d'économies, selon une étude du centre Levada (2019).
Le gouvernement a certes pris des mesures de soutien aux entrepreneurs, sous forme de réductions d'impôts et reports de paiements. La Banque centrale a débloqué des fonds pour les banques, leur permettant de soutenir les entreprises par des crédits à taux zéro.
Mais selon Igor Nikolaïev, directeur de l'Institut d'analyse stratégique de FBK Grant Thornton Russie, "elles devraient être plus importantes et mieux ciblées. Il devrait y avoir un soutien direct aux citoyens, ceux qui souffrent le plus de la situation".
"L'Etat a de l'argent", rappelle-t-il, citant le fonds souverain, riche de quelque 160 milliards de dollars et que le Kremlin semble réticent à entamer.
"Si une entreprise n'a pas de revenus, comment payer les salaires? (...) Il faut les subventionner", affirme M. Nikolaïev au sujet des PME, les grands groupes ayant davantage de ressources.
Autrement, selon lui, la Russie risque de glisser dans une crise de l'ampleur de celle des années 1990, après l'effondrement de l'URSS: "En 1992, le PIB a baissé de 14,5%. L'économie russe risque de tomber au même niveau".
Le 8 avril, M. Poutine a demandé aux gouverneurs régionaux de bien cibler les mesures pour ne pas trop pénaliser les économies locales, alors que la majorité des régions ont pris des mesures de confinement.
 

Mercredi 15 Avril 2020

Lu 730 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif