Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le message à travers l’image


Libé
Jeudi 12 Mai 2022

Le message à travers l’image
Il pourrait être très compréhensible pour tout observateur averti des affaires politiques du pays de saisir une campagne aussi hostile et répétitive à l’encontre d’un acteur politique si ce dernier occupait une position quelconque dans la gestion des affaires publiques, nonobstant le caractère rationnel ou irrationnel de la critique formulée.

Il serait également acceptable, dans le contexte de la confrontation politique à l’intérieur de ses limites objectives, que face à un acteur partisan de l’opposition, le «public/clients» de la majorité, abstraction faite de sa nature (soutiens traditionnels ou exceptionnels enfilant l’imposture), use de son droit de réponse.

En revanche, lorsque l’attaque devient systématique et récurrente, loin d’être une critique, à l’envers d’un dirigeant d’un parti de l’opposition bien qu’il n’occupe aucun poste lui permettant de gérer, ne serait-ce qu’une partie infime des affaires publiques ou n’exerce aucune haute fonction, le phénomène prend des allures d’absurdité au milieu de multiples questionnements.

Cela se répète depuis assez longtemps, concernant le Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires.

Nul besoin de retourner à l’étape au cours de laquelle l’USFP faisait partie de la majorité gouvernementale, bien que les attaques hostiles visant le Premier secrétaire du parti étaient plus intenses encore que celles subies par le secrétaire général du parti qui conduisait le gouvernement (himself), car nous estimions que le positionnement de l’USFP au sein du gouvernement pouvait justifier les attaques et critiques, à tort ou à raison, à l’instar des secrétaires généraux des autres partis. De même que nous estimions que c’était, là, la taxe du choix politique de la participation aux côtés d’un gouvernement conduit par un parti considéré comme affilié au courant de l’islam politique, surtout que les critiques provenaient des milieux de notre famille partisane et idéologique.
Il ne faudrait pas omettre le fait que les attaques avaient eu un effet tout à fait inverse car elles ont débouché sur un vote davantage favorable à l’élection de Driss Lachguar
Or lesdites attaques, dont la quasi-totalité dépassait les limites du respect et de la courtoisie, ne peuvent aucunement s’apparenter à la liberté d’opinion et d’expression supposant un minimum d’observation de la déontologie du dialogue, du débat et de la polémique, se sont poursuivies en dépit de la déclaration du parti actant son positionnement dans les rangs de l’opposition.

Bien plus, elles ont atteint leur paroxysme navrant parallèlement à la préparation de la tenue du dernier congrès du parti, un épouvantable arsenal se déployant à travers des sites d’information bien déterminés ou des pages suspectes quant aux réelles intentions de leurs auteurs au milieu des réseaux sociaux.

Il est même apparu parfois que l’on s’acharnait dans l’entreprise de destituer le Premier secrétaire, contre la volonté des Ittihadies et Ittihadis quant à sa réélection éventuelle.

Là-dessus, comble de l’absurde, les nuisances, les mystifications et les provocations pernicieuses se rapportant au congrès du parti, avaient lieu à l’extérieur des locaux du parti, bien en marge de sa presse, ses réunions, contre la volonté de ses militants, et ce largement plus intensément que ce qui se déroulait à l’intérieur de la formation.

Ainsi, si le bilan du Premier secrétaire du parti fut un facteur déterminant en faveur du renouvellement de la confiance en sa personne, il ne faudrait pas omettre le fait que ces attaques avaient eu un effet tout à fait inverse car elles ont débouché sur un vote davantage favorable à son élection dans des proportions plus importantes que ce qui était escompté. Le fait est que les Ittihadies et Ittihadis ont pris conscience que d’aucuns de l’extérieur du parti s’étaient délégué le « droit » de décider à leur place quant à l’avenir de leur formation.

Aussi, la clairvoyance ittihadie, a-t-elle triomphé d’autant plus qu’elle s’appuyait et s’appuie toujours sur une longue expérience de captation et saisie des signes et messages et de conception des choix conformément au principe de la préservation de l’autonomie de la décision partisane.

Par ailleurs, lors de l’étape qui s’ensuivit, alors que l’USFP et son Premier secrétaire appelaient à consolider l’opposition et affronter l’incursion de la majorité et tendaient les ponts de l’action collective vers l’ensemble des autres composantes, l’ancien et nouveau secrétaire général du PJD, normalement faisant partie de l’opposition, relance sa malheureuse véhémence à travers un discours incohérent tant de par son contexte que ses motivations contre Driss Lachguar qui, par ailleurs, n’a aucune responsabilité dans la gestion des affaires publiques, au lieu de s’adresser au chef du gouvernement et sa majorité pourtant foncièrement hostiles à son parti.

Toutefois, dans l’indifférence totale et ignorant toute cette succession d’agressions, de dénigrement et de profanation  effrontée, le parti s’est lancé aussitôt et parallèlement aux assises de son onzième Congrès dans le parachèvement de sa dynamique organisationnelle en procédant à l’élection de son Bureau politique et au renouvellement de ses structures régionales et locales à travers l’ensemble du territoire national. Ce fut ainsi une dynamique inédite dans l’histoire du parti et celle de toutes les autres formations politiques.

En effet, le 11ème Congrès national a bel et bien donné naissance à une réalité organisationnelle, caractérisée essentiellement par l’enthousiasme, l’action concrète, l’investissement du temps, l’adéquation entre la célérité et l’efficience et l’épanouissement des potentialités du parti au moyen d’initiatives continues rompant avec la tutelle et l’attentisme.

En outre, le dynamisme des entités annexes du parti à l’étranger n’a pas manqué ce rendez-vous crucial. C’est pour cette raison que le Premier secrétaire a tenu à accompagner la constitution des structures du parti sur le sol de l’Espagne voisine, en y actant sa présence personnelle, l’objectif sous-jacent n’étant pas seulement de promouvoir l’intérêt du parti mais de servir l’intérêt supérieur du pays dans le contexte des derniers développements ayant trait aux rapports maroco-espagnols et leur impact sur le dossier de la cause nationale, essentiellement, tout en demeurant vigilants face à l’évolution géostratégique dans le bassin méditerranéen.
L’ ancien et nouveau secrétaire général du PJD, normalement faisant partie de l’ opposition, relance sa malheureuse véhémence à travers un discours incohérent tant de par son contexte que ses motivations contre le Premier secrétaire de l’USFP
Nous n’espérons point qu’on nous jette des fleurs pour tous ces efforts de même que nous ne nous attendons pas à ce qu’on nous exprime des louanges pour l’accomplissement de ce devoir patriotique, notamment en ce qui concerne l’investissement de nos rapports historiques avec les socialistes espagnols et l’investissement produit par l’action de nos militantes et militants au service de la patrie et des Marocains du monde. D’ailleurs, nous demeurons convaincus que ces derniers jouissent de capacités telles qu’ils pourraient constituer un réel groupe de pression œuvrant pour la promotion de l’intérêt national si l’on les intégrait dans l’action partisane, politique, parlementaire et institutionnelle.

En revanche, nous avons été loin de prévoir que la bassesse de certaines parties chutent dans les abysses de l’absurde et des futilités ne pouvant se rapporter ni à la religion, ni à la morale, encore moins à la modernité, étant, par ailleurs, à l’antipode absolu de la concurrence politique loyale, comme recourir en l’occurrence à l’exploitation de clichés mémorisant un fait particulier dans un contexte particulier.

Somme toute, nous pouvons affirmer, en tout état de cause, que nous sommes fiers de nos militantes et militants à l’étranger, qui ont choisi l’USFP comme  plateforme, passerelle et cadre à même de véhiculer les convictions nationales. Le parti persévère dans le parachèvement de son édifice organisationnel, d’une part, et l’interactivité effective avec les affaires nationales, d’autre part, indifférents, comme nous l’avons toujours été aux basses et viles intrigues qui se trament contre nous.

Nous vous laissons à votre misérable besogne scruter nos prochaines images pour continuer à meubler vos commentaires creux et démunis …


Lu 683 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS