Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le masque est tombé. Les absurdités algériennes ne bernent plus grand monde

Le dossier du Sahara marocain au menu des débats du Comité des 24 de l’ONU


Rachid Meftah
Samedi 17 Juin 2023

Le masque est tombé. Les absurdités algériennes ne bernent plus grand monde
La supercherie, longtemps entretenue par la junte au pouvoir du voisin de l’Est est désormais démasquée et totalement démystifiée. C’est clairement ce qui ressort, encore un fois, du déroulé des travaux du Comité des 24 de l’organisation des Nations unies qui, par ailleurs, n’aurait jamais à traiter du dossier du Sahara marocain sans les manœuvres  pernicieuses, frauduleuses fondées sur le mensonge et le chantage ourdies effrontément par l’Etat algérien pendant  plus d’un demi-siècle condamnant les liens de solidarité, de fraternité rattachant les peuples des pays de cette grande région maghrébine, nord-africaine.

A cet égard, l’ambassadeur représentant permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations unies, Omar Hilale, a souligné que la décolonisation des provinces sahariennes du Maroc a été définitivement scellée «depuis leur retour à la mère patrie en 1975. La question du Sahara marocain est examinée par le Conseil de sécurité sous le chapitre VI de la Charte des Nations unies en tant que différend régional entre le Maroc et l’Algérie », a-t-il rappelé en précisant que cette instance est seule habilitée à faire des recommandations et à proposer des solutions.
Omar Hilale a souligné que la décolonisation des provinces sahariennes du Maroc a été définitivement scellée «depuis leur retour à la mère patrie en 1975.
Un nombre considérable d’Etats membres dudit Comité, particulièrement des pays africains et arabes, ont réaffirmé leur appui à l’initiative marocaine d’autonomie. Ils ont, en outre, mis l’accent sur la nécessité de procéder au recensement de la population des camps de Tindouf, situés sur le territoire algérien, conformément au droit international humanitaire, au mandat du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), aux recommandations du Secrétaire général et aux résolutions du Conseil de sécurité. 

D’autre part, la majorité écrasante des Etats membres de l’Institution onusienne a salué, tout comme notamment le Gabon et le Burkina Faso, l’ouverture de nouvelles représentations consulaires aux villes de Laâyoune et Dakhla, qui, ainsi que l’a noté la délégation togolaise, permettra de renforcer le développement socioéconomique de la région tout en favorisant une approche pacifique rationnelle du règlement de ce conflit régional artificiel.

Là-dessus, les débats du Comité des 24 ont quasiment tranché sur la position rationnelle et juste à prendre à l’égard du dossier du Sahara marocain. Le site officiel de l’ONU passe d’ailleurs en revue les déclarations des  membres du Comité des 24 quasi-majoritairement favorables au plan d’autonomie proposé par le Royaume.
L’on peut retenir entre autres déclarations, celles des Etats membres du comité, relatées par le site onusien :

- Karen Jean Baimarro, représentante de la Sierra Léonne s’est dite  encouragée encouragée par les efforts diplomatiques en cours sur la question du Sahara, qui renforcent la dynamique créée lors des deux tables rondes de Genève, regroupant le Maorc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario, de même qu’elle a fait part de son soutien à l’initiative marocaine d’autonomie car y voyant une solution de compromis à ce différend régional (…). Elle a, par ailleurs, insisté sur la nécessité d’améliorer la situation des droits humains dans les camps de Tindouf (sur le territoire algérien), appelant, à cet effet, à l’enregistrement de tous les réfugiés conformément au droit international et au mandat du HCR.

- Gbolié Désiré Wulfran Ipo, représentant de la Côte d’Ivoire a invité les quatre parties prenantes à faire preuve de réalisme et d’esprit de compromis pour faciliter la reprise du processus des tables rondes conformément à la résolution 2654 du Conseil de sécurité. Il a considéré l’initiative marocaine d’autonomie comme la seule solution de compromis à la question du Sahara marocain. Il s’est dit, en outre, préoccupé par la situation dans les camps de Tindouf et a appelé au respect des recommandations du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme (HCDH)…

- Kelver Dwight Darroux, représentant de la République dominicaine, a exprimé son plein appui à l’implication des Nations unies dans le processus politique visant à parvenir à une solution réaliste et mutuellement acceptable au différend régional sur le Sahara marocain. Il a fait part du soutien de son pays au plan d’autonomie proposé par le Maroc, y voyant le fondement d’une solution réaliste permettant d’assurer la stabilité et la paix dans la région, tout en appelant à la tenue d’une table ronde entre les quatre parties prenantes, le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario, avant d’exprimer son inquiétude des conditions dans les camps de Tindouf, particulièrement concernant les femmes et les enfants…

Un nombre considérable d’Etats membres du Comité des 24, particulièrement des pays africains et arabes de même que d’Etats observateurs ont réaffirme leur appui à l’initiative marocaine d’autonomie

- Walton Alfonso Webson, pour Antigua-et-Barbuda, tout en encourageant les parties concernées à prendre part, en toute bonne foi, au processus des négociations, a appuyé l’initiative marocaine d’autonomie, qui est considérée par le Conseil de sécurité comme un processus crédible et sérieux.
Ce représentant n’a, d’ailleurs, pas   manqué de saluer le développement social et économique du Sahara marocain grâce aux investissements et aux projets réalisés dans le cadre du nouveau modèle de développement lancé par Rabat en 2015, ayant largement contribué à l’autonomisation de la population et à l’amélioration des indices de développement humain de la région.

- Carlton Ronnie Henry, de Sainte-Lucie, s’est félicité de la tenue des tables rondes réunissant le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le polisario. Il a estimé que l’avènement d’un règlement politique réaliste et mutuellement acceptable par toutes les parties est seul à même d’apaiser les tensions et a exprimé son soutien à l’initiative marocaine d’autonomie qu’il a jugée « crédible et sérieuse »…

-Nerys Nakia Dockery, représentante de Saint-Kitts et Nevis, a affirmé son soutien au plan marocain d’autonomie pour la région du Sahara, considéré par le Conseil de sécurité comme une initiative crédible, sérieuse et réaliste. Elle s’est dite encouragée par les larges soutien et reconnaissance que cette proposition a recueillis au sein de la communauté  internationale depuis sa présentation par le Maroc en 2007. Elle a, par ailleurs, mis en avant les efforts continus déployés par le Maroc afin d’assurer le développement socioéconomique des provinces du Sahara, le félicitant pour la mise en œuvre des projets qui ont grandement contribué à l’autonomisation de ses populations, notamment les femmes et les enfants et à l’amélioration des indices de développement humain dans la région. 
 
Les intervenants ont insisté sur la nécessité d’améliorer la situation des droits humains dans les camps de Tindouf, appelant, à cet effet à l’enregistrement de tous les réfugiés conformément au droit international et du mandat du HCR.
 Là-dessus, nombreuses sont les interventions des Etats observateurs du Comité des 24, rapportées par le Site de l’ONU. Elles s’assemblent, se rassemblent et sont unanimes à exprimer un soutien franc, sans ambiguïté aucune, à l’initiative marocaine d’autonomie. Parmi les plus pertinentes se trouve la déclaration des pays du Conseil de Coopération du Golfe (GCC) dont a donné lecture le représentant du  Sultanat d’Oman, au nom des Emirats arabes unis, du Bahreïn, du Koweït, du Qatar et de l’Arabie Saoudite au terme de laquelle ils ont réaffirmé leur soutien « constant à la marocanité du Sahara et à l’intégrité territoriale du Royaume ».

Le média onusien  déroule ensuite les déclarations favorables des Etats observateurs, à savoir le Guatemala, la République dominicaine, le Bahreïn, le Burkina Faso, le Sénégal, le Burundi, la Guinée équatoriale, les Comores, le Gabon, le Togo, la Guinée-Bissau, la Guinée, la Jordanie, le Koweït, le Qatar, le Liberia, la Gambie, la République centrafricaine, Djibouti, les Emirats Arabes Unis, le Cap-Vert… 
 
On peut observer au vu des débats parfois houleux et des interventions souvent pertinentes des Etats membres du Comité onusien des 24 mais aussi celles tout aussi objectives et pragmatiques des Etats observateurs que les conclusions que l’on peut en tirer attestent, encore une fois, des avancées  diplomatiques prodigieuses réalisées par le Maroc sous la conduite clairvoyante et sage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI fondée sur la légalité internationale, la légitimité historique, le dialogue pour la paix et la préservation de la stabilité et la sécurité régionales, continentales et internationales…

Le recadrage, dans les règles de l’art et de la logique des faits, opéré par l’ambassadeur, représentant permanent aux Nations unies, Omar Hilale des propos outrageusement mystificateurs du nouveau représentant permanent algérien, Amar Bendjama, n’en est d’ailleurs qu’un échantillon grandement éloquent.

Réagissant à l’insistance incohérente et intempestive de ce diplomate désenchanté sur « l’autodétermination », il a regretté que l’interprétation de ce principe par l’Algérie n’est nullement conforme aux résolutions 1541 et 2625 des Nations unies. Il lui a reproché,  à cet effet, d’avoir sciemment omis de mentionner ces deux résolutions, alors qu’elles réglementent la mise en œuvre de ce principe, soulignant que ces  dernières ne prévoient guère, comme le souhaiterait l’Algérie, la création en toutes pièces d’un Etat fantoche soumis à son autorité, qui lui aurait permis d’avoir un accès direct à l’océan Atlantique. Chimère !

Rachid Meftah


Lu 2737 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020












Flux RSS
p