Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le général Abdourahamane Tiani : Le peuple nigérien va dicter les futures relations avec la France


Libé
Lundi 2 Octobre 2023

"Le peuple nigérien" va "dicter" les "futures relations avec la France", a déclaré le chef du régime militaire issu d'un coup d'Etat au Niger, une semaine après l'annonce par Emmanuel Macron du départ de l'ambassadeur français et des troupes tricolores de ce pays sahélien.

"Le peuple nigérien va désormais dicter la forme des futures relations avec la France", a affirmé le général Abdourahamane Tiani samedi soir dans deux interviews en langues locales, une en djerma, l'autre en haoussa, à la télévision nationale, Tele Sahel.

Ces propos ont été tenus une semaine après l'annonce par le président français du départ de l'ambassadeur à Niamey, Sylvain Itté, rentré à Paris mercredi, et de celui "d'ici la fin de l'année" des quelque 1.500 militaires que compte la France au Niger, dans le cadre de la lutte antijihadiste.

Le régime nigérien avait ordonné l'expulsion du diplomate et dénoncé des accords de coopération militaire avec Paris, répétant vouloir le retrait des troupes françaises.
"Nous sommes dans les préparatifs en vue de leur départ", a affirmé le général Tiani.

Le régime militaire est engagé dans un bras de fer avec la France depuis le coup d'Etat du 26 juillet qui a renversé le président élu Mohamed Bazoum, allié de l'ex-puissance coloniale. Celle-ci ne reconnaît pas les nouvelles autorités du Niger.

"Comme ils (les Français) étaient là pour combattre le terrorisme et qu'ils ont unilatéralement arrêté toute coopération (...) leur séjour au Niger est arrivé à son terme", a déclaré Abdourahamane Tiani.

"Ils ont dit qu'ils étaient venus pour aider à éradiquer le terrorisme. Non seulement ils n'ont pas chassé les terroristes mais les terroristes sont de plus en plus nombreux", a-t-il déploré.
Le pays est miné à l'ouest et au sud-est par des attaques jihadistes récurrentes, perpétrées par des groupes liés à Al-Qaïda et à l'Etat islamique.

De son côté, le ministre français des Armées Sébastien Lecornu a estimé vendredi que "le Sahel risqu(ait) de s'effondrer sur lui-même", suite au départ des soldats français du Mali et du Burkina Faso - également dirigés par des militaires - et bientôt du Niger.
"Nous avons été une solution pour la sécurité du Sahel", a-t-il insisté.

Le général Tiani a justifié une nouvelle fois le coup d'Etat par les attaques jihadistes.
Le "pays risqu(ait) un jour de disparaître, nous avons alors décidé de prendre des mesures puisque les gens (au pouvoir sous Bazoum) n'écoutaient pas leurs conseillers militaires" a-t-il déclaré.

La France, par ailleurs, "n'est pas le seul pays avec lequel nous avons des relations culturelles", a-t-il ajouté, en réaction à la suspension de la délivrance de visas par Paris depuis le Niger, le Burkina Faso et le Mali. 
 
"Nous n'avons pas le droit de passer cinq ans au pouvoir, il faut être élu pour cela", a-t-il également assuré samedi soir, quelques semaines après avoir annoncé une transition de trois ans maximum.
Selon M. Tiani "le problème ce n'est pas la démocratie, parfois ce sont les personnalités élues qui tordent le cou aux textes pour n'en faire qu'à leur tête".
Il a également justifié le coup d'Etat par "la dilapidation des deniers publics" par les anciens dirigeants.

Le régime avait annoncé à ce sujet la création d'une commission de lutte contre la corruption.
M. Tiani a rappelé la mise en place d'un "dialogue national" pour écrire de nouveaux textes régissant la vie politique nigérienne.
Depuis le coup d'Etat, le Niger fait l'objet de sanctions politiques et économiques de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), qui a menacé le pays d'une intervention armée.

Selon le général Tiani, cette organisation "n'a même pas cherché" à "connaître les raisons" du coup d'Etat. Il déplore que "les populations souffrent de l'embargo".
Fustigé par des pays occidentaux et africains, le régime nigérien s'est trouvé de nouveaux alliés, le Mali et le Burkina.

M. Tiani a rappelé avoir créé avec eux une coopération de défense, l'Alliance des Etats du Sahel (AES), précisant qu'"un accord économique viendra(it) ensuite".
M. Bazoum, séquestré depuis le coup d'Etat dans sa résidence présidentielle, et à qui Emmanuel Macron a réaffirmé son soutien, a saisi la Cour de justice de la Cedeao pour sa libération.


Lu 1012 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p