Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le choix du Maroc coule de source

La Coalition mondiale contre Daech s ’ est réunie à Marrakech pour lutter contre le terrorisme, mais pas que…


Hassan Bentaleb
Jeudi 12 Mai 2022

Le choix du Maroc coule de source
« La question du terrorisme n’est qu’un détail. Le vrai but demeure celui d’affronter la domination chinoise et l’influence russe en Afrique. Et les pays occidentaux comptent beaucoup sur le Maroc dans cette région », c’est ainsi qu’Abdellah Rami, chercheur au Centre marocain des sciences sociales et spécialiste des groupes djihadistes, a qualifié les travaux de la réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech tenue mercredi dernier à Marrakech. 

Pour notre interlocuteur, le choix du Maroc pour l’organisation de cet événement n’est pas dû au hasard et n’a rien de symbolique. « Le choix a été basé sur des faits réels.  En effet, l’Occident parie sur le Maroc en tant qu’allié fort dans son conflit stratégique avec la Chine et la Russie. Notamment dans un contexte mondial marqué par l’éclatement de la guerre en mer Noire et la recomposition des alliances au niveau international», nous a-t-il expliqué. Et d’ajouter  : « D’autant plus que le Maroc bénéfice d’une position avancée au niveau du dossier Afrique, que ce soit sur le plan de la lutte contre le terrorisme ou autre ».

D’après notre source, le changement de la position espagnole vis-à-vis de la question du Sahara marocain, la participation du Maroc aux accords d’Abraham ainsi qu’à la réunion du Nato à Berlin signifient  que ce dernier, sous l’égide des USA, considère le Maroc comme un allié stratégique afin de consolider les intérêts de la coalition occidentale dans cette région du monde. « N’oublions pas que le Maroc bénéficie d’une position avancée au sein du Nato, même s’il n’en est pas membre (comme c’est le cas pour la Jordanie, le Qatar et la Tunisie). L’objectif  est d’affronter dans l’Afrique de l’ouest la domination chinoise sur le long terme et l’influence russe sur le court terme. Donc, la question du terrorisme n’est qu’un prétexte pour camoufler une bataille plutôt stratégique », nous a-t-elle expliqué.

Concernant toujours le dossier du terrorisme, notre interlocuteur soutient que cette question  ne constitue actuellement plus un défi stratégique mais plutôt sécuritaire. « Le terrorisme est aujourd’hui un phénomène social limité. Son danger réside plutôt dans les intrusions opérées par certains pays dans d’autres zones géographiques afin de renforcer leur domination. Autrement dit, la question du terrorisme n’est à présent qu’un sujet d’exploitation et de manipulation par les parties en conflit comme c’était le cas en Syrie ou ce qui se passe aujourd’hui en Afrique. Et cela n’a rien de nouveau puisque certains pays exploitent ce dossier depuis la guerre d’Afghanistan et d’autres viennent de comprendre l’utilité et les enjeux d’adopter ce dossier et de l’orienter», nous a-t-il précisé.  Et de noter : « C’est le cas, à titre d’exemple, de la Russie qui manipule aujourd’hui les combattants tchétchènes dans sa guerre contre l’Ukraine ».

S’agissant de l’expérience marocaine en matière de lutte contre le terrorisme, Abdellah Rami estime que notre pays se distingue par sa gestion de ce dossier, sa coopération avec l’étranger, la qualité des informations recueillies et les programmes de réinsertion des terroristes. « Notre pays a un bilan honorable et cumule une expérience importante, riche et longue. En effet, il a été  en première ligne depuis les années 90 et a réussi à confiner ce phénomène. Le Maroc est le seul pays où ni Al-Qaïda ni Daech n’ont réussi à mettre en place des structures  ou des bases organisationnelles même si ces groupes terroristes ont des partisans et des militants dans le Royaume. L’importance de l’expérience marocaine est reconnue par l’ensemble de nos partenaires (pays du Golfe, ceux de l’UE et les Etats-Unis). Ils considèrent cette expérience comme l’une des plus développées au niveau international », nous a-t-il affirmé. Et de conclure : «Et cette position n’est pas le fruit du hasard mais plutôt le résultat de l’adoption d’une nouvelle approche, d’une nouvelle philosophie et de la mise en place de nouvelles institutions pour lutter contre le terrorisme et ce malgré les moyens limités de notre pays. Aujourd’hui, le Maroc est l’un des pays sûrs où les menaces terroristes sont d’abord en provenance de l’étranger ».

Hassan Bentaleb

​La montée du terrorisme en Afrique

- L'Afrique subit 41% de toutes les attaques de Daech dans le monde.
- 27 entités terroristes basées en Afrique sont inscrites sur la liste des sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies.
- La violence a augmenté en Afrique de 40 à 60% en termes de décès et d'attaques, par rapport à la période pré-pandémique.
- En 2021, l'Afrique subsaharienne a enregistré 48% des décès dus au terrorisme dans le monde.
+Nombre de victimes: 3.461
- Hausse de 43% du nombre d'incidents terroristes au Sahel durant la période 2018-2021, en République démocratique du Congo et au Mozambique, avec près de 500 incidents terroristes de Daech en 2021, causant la mort de plus de 2.900 personnes sur le continent africain.
- 30.000 au cours des 15 dernières années.
- Plus de 1,4 million de déplacés à l'intérieur des pays en raison des affrontements meurtriers au Sahel.
- Le terrorisme a coûté une perte totale de 171 milliards de dollars à l’Afrique.
- Le gouvernement américain compte mobiliser plus de 119 millions de dollars d’aide à l’Afrique subsaharienne pour améliorer les capacités des forces de l'ordre civiles et du système judiciaire afin d’appréhender, poursuivre et condamner les terroristes à travers le continent.

Source : Des chiffres dévoilés lors de la réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech, tenue mercredi à Marrakech.


Lu 1127 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p